Insolite
URL courte
439
S'abonner

Un sac en plastique contenant des bas mouillés et sales, et visiblement oublié dans la salle de presse de la Maison-Blanche est devenu le sujet d’une sorte de saga en ligne car depuis presque deux semaines, il n’a pas quitté les lieux.

Un sac contenant des chaussettes sales repéré par des journalistes dans la salle de presse de la Maison-Blanche fait l'objet d'un jeu captivant qui se poursuit depuis déjà presque deux semaines.

C'est Saagar Enjeti, correspondant à la Maison-Blanche pour le Daily Caller, qui a été le premier à prendre et à partager le 17 mai dernier sur Twitter la première photo d'un sac transparent contenant des bas humides.

​Cinq jours plus tard, le 22 mai, le journaliste a trouvé le même sac en plastique, contenant toujours des chaussettes humides et visiblement sales, dans un autre coin de la salle.

​Deux jours après, le 24 mai, il a publié une troisième photo des bas, à présent secs et cette fois-ci qualifiés de «croustillants». Sur cette dernière photo, les bas avaient un peu changé de place, d'environ cinq centimètres par rapport à leur emplacement précédent.

​On ne sait rien sur la réaction de la Maison-Blanche au sujet de la saga des chaussettes. Saagar Enjeti, de son côté, a promis au HuffPost américain de continuer son observation.

Les internautes, eux, suivent avec intérêt ces aventures et attendent la suite:
«Je me suis à présent tellement investi dans cela. Je ne peux pas attendre de voir ce qu'ils ont prévu pour l'épisode 3», a écrit RatioHunter.

​«S'il vous plaît, allez au fond du sujet. Le peuple américain a le droit de savoir», ironise Amy.

Lire aussi:

L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Un homme désigné comme l'un des agresseurs du chauffeur de bus à Bayonne porte plainte
Tags:
chaussettes, Internet, insolite, Maison blanche, Twitter, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook