Ecoutez Radio Sputnik
    Tintagel

    Qui aurait pris place autour de la Table ronde d’Arthur après la mort de ses chevaliers?

    © AP Photo / Daniel Lovering
    Insolite
    URL courte
    3100

    Une découverte récemment faite par des scientifiques britanniques alimente un peu plus les légendes sur le roi Arthur. Des inscriptions en grec et en latin et des symboles chrétiens retrouvés au château de Tintagel, en Cornouailles, sembleraient témoigner des différentes origines de ceux qui ont succédé aux chevaliers de la Table ronde.

    Découvert au château de Tintagel, site traditionnellement lié aux légendes arthuriennes, un rebord de fenêtre en pierre couvert d'inscriptions vieilles de 1.300 ans permet de supposer que les successeurs des chevaliers de la Table ronde du roi Arthur formaient une communauté plus multiculturelle qu'on ne le croyait, rapporte le quotidien britannique Daily Mail

    «L'écriture et la langue utilisées, ainsi que des symboles chrétiens, nous démontrent l'existence de liens avec la Méditerranée et donnent une image plus claire de ceux qui vivaient à Tintagel au VIIe siècle», a souligné Michelle Brown de l'Université de Londres.

    L'équipe de l'Unité Archéologique de Cornouailles, qui a découvert cette pierre, a aussi mis au jour des coquilles d'huître, des os de bétail, des bols de l'Empire Byzantin et des verres à pied de la péninsule ibérique datant de la même période.

    «Il est incroyable de penser qu'il y a 1.300 ans, sur cette spectaculaire falaise de Cornouailles, quelqu'un s'exerçait à l'écriture en gravant des expressions latines et en dessinant des symboles chrétiens», a dit Win Scutt, du Patrimoine anglais.

    Parmi les inscriptions, on trouve des noms romains et celtiques: «Tito» ou «Titus» et «Budic». 

    Les scientifiques supposent qu'avant d'être lié à la légende du roi Arthur, le château de Tintagel était occupé par les premiers rois de cette région qui entretenaient des liens commerciaux avec la Méditerranée.

    D'après les ballades médiévales, le seigneur breton Arthur a mis en déroute, au Ve ou au VIe siècles, les envahisseurs germaniques. Les historiens n'ont pas trouvé de confirmation de l'existence réelle de ce personnage mais admettent qu'il est l'archétype du héros légendaire.

    Lire aussi:

    «Je t’aime depuis 80 ans»: un couple américain célèbre son anniversaire de mariage
    Vladivostok-Moscou en Lada, une Russie loin des clichés à travers le regard de 2 Français
    Le musée de l’écriture chinoise promet 12.700 euros à qui déchiffrera un texte ancien
    Tags:
    histoire, Moyen-Age, château, roi Arthur, Angleterre, Cornouailles
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik