Ecoutez Radio Sputnik
    Vin

    Des experts français révèlent le danger «radioactif» du vin californien après Fukushima

    © Sputnik . Mikhail Mordasov
    Insolite
    URL courte
    482

    Les scientifiques français ont détecté un niveau élevé de particules radioactives dans les vins californiens produits après la catastrophe de Fukushima. Il n’est toutefois pas assez haut pour nuire à la santé.

    L'accident qui a frappé la centrale nucléaire Fukushima en 2011 s'est traduit par l'augmentation de la concentration des particules radioactives dans le vin californien, attestent les résultats de la recherche du Centre national de la recherche scientifique français, informe The New York Times.

    Les chercheurs Michael Pravikoff, Christine Marquet et Philippe Hubert ont analysé 18 bouteilles de vin rosé et de cabernet sauvignon produit en Californie après 2009. Les résultats de cette recherche ont montré un niveau élevé de cesium-137 dans ces produits après la catastrophe nucléaire japonaise. Selon les scientifiques, dans le cas du cabernet, la radioactivité a doublé.

    La présence de cesium-137 dans les produits alimentaires favorise les risques de développement du cancer. Néanmoins, l'Organisation mondiale de la Santé rassure les œnophiles: le niveau de radioactivité détecté après Fukushima dans les produits en provenance des pays de la région, sauf le Japon, n'est pas assez élevé pour nuire à la santé.

    Le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon en mars 2011 et causé l'incident à la station nucléaire de Fukushima ont coûté la vie à environ 16.000 personnes. Néanmoins, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique, personne n'est décédé à cause de la contamination radioactive.

    Lire aussi:

    La catastrophe se poursuit: une nouvelle source de radiations découverte à Fukushima
    Quand l’Apocalypse devient réalité: les plus grandes fuites nucléaires de notre temps
    Les Japonais préoccupés par l’utilisation des déchets de Fukushima
    Tags:
    vin, CNRS, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), OMS, Californie, Japon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik