Ecoutez Radio Sputnik
    Zone 51 au Nevada

    Au Nevada, un objet mystérieux repéré à proximité de la «zone 51» (vidéo)

    © Flickr/ Doc Searls
    Insolite
    URL courte
    21229

    Un objet énigmatique a été découvert à l'intérieur d'un cratère par deux YouTubers utilisant Google Earth pour étudier le territoire entourant une base militaire américaine.

    Impatients d'explorer la célèbre «zone 51» au Nevada où se trouve une base militaire sur laquelle sont notamment testés des appareils expérimentaux, deux YouTubers ont eu recours aux instruments de Google Earth et sont parvenus à une conclusion surprenante.

    Les deux touristes virtuels, Blake and Brett Cousins de la chaîne thirdphaseofmoon, ont détecté un objet énigmatique situé au milieu d'un cratère à proximité de la base. Filmé depuis divers angles, l'objet se distingue par sa taille et sa minceur:

    Créée par le Président Truman pour expérimenter des appareils militaires de haute performance, la «zone 51» fait depuis longtemps l'objet de théories toutes plus rocambolesques les unes que les autres, liées notamment à l'affaire de Roswell. Pour bien des ufologues amateurs, cette zone abrite différents objets extraterrestres détenus et cachés par le gouvernement américain.

    En 2013, la CIA a déclassifié un rapport sur l'histoire de la base du Nevada, dont l'existence même avait longtemps été niée par les autorités. Mais, la publication du document n'a nullement découragé ceux qui croient qu'une rencontre du troisième type a bien eu lieu sur cette installation militaire.

    Lire aussi:

    La statue du Général de Gaulle jetée à bas lors des festivités après la victoire de l’Algérie à Évreux - image
    Un navire UK a essayé d'empêcher l'Iran d'arraisonner le pétrolier sous pavillon UK, selon un représentant des Pasdaran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Tags:
    base militaire, Google Earth, CIA, Harry Truman, États-Unis, Nevada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik