Insolite
URL courte
0 72
S'abonner

Une trentaine de petits crocodiles, deux araignées, quatre scorpions et un serpent venimeux, tout cela compose la liste de ce que la douane d’un aéroport de Moscou a trouvé dans la valise d’un Russe qui voyageait en provenance de la ville mexicaine de Cancun. Il a été arrêté et risque une procédure pénale.

Un Russe a été interpellé par les douaniers lors de sa tentative de faire entrer au pays une trentaine de crocodiles et des insectes et reptiles exotiques en provenance du Mexique dans son bagage, a fait savoir le service de presse du Service fédéral russe des douanes. L'homme a été arrêté par des agents dans l'aéroport international de Moscou Vnoukovo.

«Cet homme a entrepris une tentative de contrebande sur le territoire russe de 30 petits crocodiles, deux araignées, quatre scorpions ainsi qu'un serpent venimeux. L'homme, qui a transporté les animaux vivants, a expliqué qu'ils étaient destinés à ses proches en tant que cadeaux», a expliqué le service de presse des douanes russes.

Cette transgression est une violation de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Selon le Service fédéral russe des douanes, les agents ont ouvert une enquête qui doit permettre de décider de l'avenir du malfaiteur.

Actuellement, l'homme peut soit être poursuivi pénalement soit administrativement.

Pendant cette période, les reptiles et les insectes sont placés temporairement dans un centre spécialisé.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
contrebande, loi, araignée, serpent venimeux, animaux, bagages, crocodiles, Cancun, Mexique, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook