Ecoutez Radio Sputnik
    Bière (image d'illustration)

    Vin, bière ou mélasse … Top-6 des inondations insolites et spectaculaires

    CC0 / Pixabay/terimakasih0
    Insolite
    URL courte
    Irina Dmitrieva
    480

    Il y a 100 ans, une vague de mélasse inondait les rues de Boston après une explosion dans une distillerie. L’occasion pour Sputnik de rappeler des inondations insolites provoquées par les activités humaines.

    Les inondations causées par de fortes pluies, les crues de printemps ou des phénomènes naturels similaires constituent une force terrible que personne ne peut contrôler. Mais parfois, c'est l’homme qui est la cause d’accidents dévastateurs. Voici le top-6 des inondations les plus inhabituelles de l’histoire.

    Fontaine de prosecco géante

    En septembre 2018, une citerne contenant 30.000 litres de prosecco a explosé à Fontanelle («fontaine d’eau pétillante»), dans le nord de l’Italie. Les ouvriers de l’usine ont filmé le vin se déversant sur le sol dans un flux mousseux.

     

    L’explosion de la citerne aurait été provoquée par la surabondance de pression et le dépassement du volume du moût.

    Du vin dans les rues

    Conséquence d’un acte de sabotage visant l'établissement viticole Biron S.A., 50.000 litres de vin ont été déversés dans la nuit du 2 au 3 août 2016 dans les rues de la ville française de Sète, dans le département d’Hérault.

    Le vin des cuves Biron a littéralement inondé vers minuit plusieurs rues de la ville, y compris le quai d’Orient, l'avenue du Maréchal-Juin et la rue Léon-Magurno. Les habitants de la ville ont appelé les pompiers lorsque le vin a inondé des parkings souterrains. Le sinistre a été maîtrisé en moins d’une heure.

    Le Comité régional d'action viticole (CRAV), qui se présente comme un mouvement de viticulteurs occitans radicaux, a revendiqué cet acte de sabotage organisé pour dénoncer l'importation à bas prix de vin espagnol par certains groupements viticoles.

    «Soirée de mousse» pour toute une ville

    Fin juillet 2013, les rues de la ville russe de Novomoskovsk, dans la région de Toula, ont été inondées de mousse. Les systèmes d’épuration d’eau de la ville se sont couverts d’une mousse de 5 à 6 mètres d’épaisseur. 

    Des médias locaux ont plaisanté à propos d’une «soirée de mousse» organisée par l’usine pour l’ensemble de la ville. 

    Les rues étaient si blanches que des témoins ont cru qu’il s’agissait de neige tombée en été.

    D’après des médias russes, la fuite se serait produite à l’usine, Aerozol, qui a déversé environ 7 m3 de gel douche dans les égouts après un accident. Le gel douche n’était pas toxique, mais dégageait une forte odeur.

    Vague de boue rouge toxique

    Malheureusement, les inondations insolites ne sont pas toujours inoffensives. En octobre 2010, 1,1 million de m3 de boue rouge contenant du plomb et des métaux lourds se sont déversés d’un réservoir de l'usine de bauxite-aluminium d'Ajka, située à 160 km à l'ouest de Budapest.

    Une vague de boue rouge, qui était visible de l’espace, s’est abattue sur les villages de Kolontar et de Devecser qui ont été couverts d’une couche de boue corrosive de 2 mètres d’épaisseur. Au moins 10 personnes ont été tuées. 

    Coulée de boue rouge à Kolontar en 2010
    CC BY 3.0 / Wikipedia/Digital Globe
    Coulée de boue rouge à Kolontar en 2010

    Des déchets toxiques auraient même atteint le Danube. D’après les médias, les traces de pollution ont été enregistrées en Croatie, Serbie et Ukraine. Zoltan Illés, secrétaire d'État hongrois à l'Environnement, a qualifié cet accident de plus grande «catastrophe écologique» qu'a connue la Hongrie.

    Raz-de-marée de mélasse

    La ville américaine de Boston a été envahie par des flux de mélasse après la rupture d’une grande citerne contenant près de 9.000 m3 de cette mixture sucrée à la distillerie de la Purity Distilling Company le 15 janvier 1919. La vague de mélasse avançait à une vitesse estimée à 56 km/h, tuant 21 personnes et en blessant 150. 

    Le panorama de Boston après un raz-de-marée de mélasse 1919
    Le panorama de Boston après un raz-de-marée de mélasse 1919

    Selon certaines informations, la vague de sirop mesurait entre 2,5 et 4,5 m de haut et détruisait tout à son passage. Elle aurait notamment rompu les poutres de la gare de la Boston Elevated Railway, prédécesseur du métro de Boston, et soulevé un train des rails. Plusieurs pâtés de maisons ont été inondés d’une couche de mélasse mesurant de 0,6 à 0,9 m. D’après le journal The New York Times, plusieurs chevaux ont été tués et des camions ont été renversés.

    Le désastre de Boston s’est produit à la veille de l’entrée en vigueur du 18e amendement à la Constitution qui devait interdire la production d'alcool aux États-Unis. La vente d’alcool était interdite à partir de juillet 1918, la production de bière devait s’arrêter en mai 1919 et celle de whisky avait cessé depuis un an. Dans ce contexte, les propriétaires de la distillerie voulaient épuiser au plus vite leurs stocks de mélasse, utilisée pour fabriquer de l’alcool éthylique.

    Inondation de bière

    Le 17 octobre 1814, à Londres, une vague de bière s’est abattue sur la paroisse Saint-Giles. L’inondation a commencé à cause d’une rupture par effet domino de plusieurs grandes cuves contenant au total plus de 1,147 million de litres de bière à la Brasserie Meux et Company sur Tottenham Court Road.

    Tottenham Court Road à Londres
    © Photo. Public Domain/Wilkinson, reprinted by Edward Walford, 1878
    Tottenham Court Road à Londres

    La vague mousseuse a détruit deux maisons et démoli un mur du Tavistock Arms Pub, piégeant une jeune employée sous les décombres. Au moins sept autres personnes se sont noyées et plusieurs personnes ont été blessées lorsque la bière a rempli les sous-sols habités de ce quartier pauvre de la capitale britannique.

    La brasserie a été poursuivie en justice, mais le tribunal a considéré cette catastrophe comme un cas de force majeure et personne n’a été déclaré responsable. En 1922, la brasserie a été démolie.

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    mélasse, coulée de boue, boue, alcool, vin, bière, Comité régional d'action viticole (CRAV), Sète, Royaume-Uni, Londres, Boston, États-Unis, Kolontar, Novomoskovsk, Toula, Russie, Hongrie, France, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik