Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Un scorpion d’une trentaine de centimètres sème la panique dans un avion (vidéo)

    CC0
    Insolite
    URL courte
    0 27

    L’apparition d’un énorme scorpion à bord d’un avion effectuant un vol intérieur en Indonésie a semé la panique parmi les passagers, d’autant plus que l’animal qui se cachait quelque part au-dessus des têtes des voyageurs ressemblait à un spécimen d’une espèce particulièrement agressive.

    À la peur de l’avion qu’éprouvent certains passagers ajoutez celle des arachnides — et plus particulièrement des scorpions — pour vous faire une idée de l’ambiance qui régnait jeudi dernier à bord d’un avion de la compagnie indonésienne Lion Air.

    Comme le rapporte The Straits Times, l’incident s’est produit lors d’un vol reliant Pekanbaru à Jakarta. En ouvrant un compartiment à bagages pour y prendre son sac, une passagère a découvert un énorme scorpion d’une trentaine de centimètres.

    Après avoir fait une brève apparition, l’animal s’est ensuite éclipsé dans la rangée des coffres, semant la panique parmi les passagers qui se sont précipités vers les sorties.

    Le porte-parole de la compagnie, cité par la presse, a fait savoir qu’après avoir été informé de la présence d’un scorpion à bord de l’appareil, le personnel avait soigneusement fouillé la cabine sans toutefois rien y trouver.

    Selon une hôtesse de l’air, la créature ressemblait à un scorpion des forêts, l’un des plus agressifs en Indonésie, indique International Business Times.

    La compagnie a lancé une enquête pour établir comment un passager clandestin aussi dangereux avait pu embarquer à bord de l’appareil.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    avion, panique, scorpion, Jakarta, Indonésie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik