Ecoutez Radio Sputnik
    Une araignée (image d'illustration)

    Royaume-Uni: une araignée vénéneuse laisse un trou dans la jambe d’un enfant

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    Insolite
    URL courte
    369
    S'abonner

    Un garçon de 9 ans a été amené à plusieurs reprises chez le médecin pour une petite piqûre. Celle-ci n’a pas alarmé les médecins qui lui ont prescrit des antibiotiques. Mais une semaine plus tard, l’enfant est revenu avec un trou dans la jambe. Le venin s’est avéré plus dangereux que diagnostiqué.

    Une araignée vénéneuse a mordu un garçon au Royaume-Uni, laissant un trou dans sa jambe, relate le quotidienne britannique The Mirror.

    Bobby Cleary, âgé de 9 ans, originaire du comté britannique d'Essex, se plaint d'une irritation à la jambe. Sa mère, Emma, pense qu'il a été piqué par un moustique. Elle traite la piqûre avec un antiseptique. Trois jours plus tard, elle reçoit un appel de l'école pour la prévenir que Bobby boite et sa blessure suppure.

    Emma décide alors d'amener son fils chez un médecin pour une consultation. Cependant, celui-ci ne constate aucune infection sérieuse chez le jeune patient. Il lui prescrit un médicament et recouvre la plaie avec un bandage. Le lendemain, la blessure continue à suppurer. Bobby a de nouveau été amené chez le médecin.

    «Il a de nouveau traité la piqûre et lui a prescrit des antibiotiques», a déclaré la mère du garçon, cité par le quotidien britannique.

    À la fin de la semaine, Emma décide de voir comment évolue la blessure de son fils. Elle retire le bandage et découvre qu'à l'emplacement de la piqûre un trou est apparu, comme si le venin avait «mangé» la chair.

    Bobby est alors transporté à l'hôpital. Et les médecins ont enfin réussi à diagnostiquer les raisons de l'aggravation de sa blessure, constatant qu'il avait été piqué par une araignée vénéneuse, et ont extrait le venin de sa jambe.

    Tags:
    venin, blessure, insectes, morsure, enfants, araignée, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik