Ecoutez Radio Sputnik

    Un couple de manchots infécond commet une série d’assassinats dans un zoo allemand

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Insolite
    URL courte
    469
    S'abonner

    Dépossédés de leur œuf non fécondé, une paire de manchots issus d’un zoo allemand a tué les poussins d’un autre couple et, ensuite, a rendu deux autres bébés orphelins, a informé The Daily Mail.

    Un drame en plusieurs actes s’est joué dans le zoo de la ville de Dresde, en Allemagne. Deux manchots privés de leur œuf non fécondé ont assassiné deux autres oiseaux et deux poussins, relate The Daily Mail.

    Avant cet incident, trois couples de manchots de Humboldt couvaient leurs œufs, deux avaient réussi à les faire éclore, donnant ainsi quatre poussins. Le personnel du zoo a décidé de soustraire un œuf, qui n’avait pas été fécondé, au troisième couple.

    Après cette disparition, les deux lésés ont attaqué les autres manchots dans l’enceinte en les chassant de leur nid et en tuant les deux poussins d’un des couples restants.

    ​Quatre jours plus tard, les sphénisciformes ont commis une autre agression. Cette fois-ci, ils ont agressé les parents des deux oisillons encore vivants. Plus âgées, les victimes en sont mortes, probablement à cause du choc, avance le personnel du zoo.

    Les petits manchots devenus orphelins ont été déplacés loin de ce couple meurtrier.

    Le directeur du zoo, Karl Heinz Ukena, affirme que ces actions n’entrent pas dans le cadre du comportement habituel de cette espèce. Cependant, les œufs qui ne parviendront pas à éclore ne seront plus simplement retirés des nids, mais seront dorénavant remplacés par une copie artificielle, a-t-il ajouté.

    C’est une double perte pour la nature, parce que le manchot de Humboldt est une espèce menacée, classée comme vulnérable sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), a indiqué le média. Il n’en reste que 32.000 spécimens dans la nature.

    Tags:
    oiseaux, poussin, meurtre, zoo, manchots
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik