Insolite
URL courte
0190
S'abonner

Pressé de voir et de demander un autographe à Mohamed Salah, un garçon de 11 ans a couru en direction de sa voiture mais a heurté un lampadaire et s’est cassé le nez. Bien que douloureuse, la tentative a été fructueuse, car il a obtenu l’attention de la star du football.

Sa passion pour le club de football et son attaquant a conduit un jeune fan de Liverpool à un petit accident. Louis Fowler, 11 ans, s’est heurté le 10 août contre un lampadaire et s’est cassé le nez alors que lui et son frère couraient derrière la voiture de Mohamed Salah pour lui dire bonjour et lui demander un autographe.

Postés aux abords de Melwood, le centre d’entraînement de Liverpool, les garçons attendaient la voiture de la star. Une fois qu’elle est apparue, ils se sont mis à la suivre. Toutefois, obnubilé par son but, Louis n’a pas vu un lampadaire, l’a heurté et s’est cassé le nez.

Le jeune fan a pu néanmoins obtenir l’attention du footballeur qui est sorti du véhicule et l’a aidé. Le moment de leur rencontre, avec le garçon saignant mais tout sourire, a été immortalisé par le beau-père de Louis, Joe Cooper.

«On appelait une ambulance quand Mo est arrivé. Il avait vu que l’un des garçons s’était blessé et a fait demi-tour pour s’assurer que tout allait bien. On n’en croyait pas nos yeux. Il leur a demandé comment ils allaient avant de leur faire une accolade. Ils étaient heureux et Louis a tout de suite oublié la douleur. C’était un geste vraiment classe de sa part. Il s’excusait alors que ce n’était pas de sa faute», a déclaré son beau-père aux médias britanniques.

Lire aussi:

Un homme frappé au sol par un policier lors d'une intervention en Seine-Saint-Denis, ouverture d'une enquête - vidéo
La lettre envoyée par Darmanin à la maison d’édition Nawa
Des F-35 au lieu des Rafale pour la Suisse: Paris dément avoir annulé la visite du Président helvète
Sous-marins: Subway «trolle» la France après la rupture de l’accord – photo
Tags:
Mohamed Salah, garçon, blessure, nez
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook