Insolite
URL courte
311054
S'abonner

Les annonces d’apocalypses se suivent et ne se ressemblent pas. Après la fin du calendrier Maya, c’est désormais ce vendredi 13 qui est désigné par une prédicatrice comme étant la fin du monde. Des «spécialistes» tentent de confirmer sa théorie, s’appuyant sur la survenance d’une pleine Lune, ce qui ne se produit à cette date que tous les 20 ans.

Geneviève Brazel, «prédicatrice d’apocalypses», surveille en permanence ces événements mystérieux qui pourraient annoncer la fin du monde. Et elle affirme que ce vendredi 13 septembre pourrait bien être le dernier pour notre planète, rapporte le Daily Star.

Si l’une des annonces d’apocalypses les plus médiatisées au monde avait eu lieu en décembre 2012, suivant celle de l’an 2000, l’argumentaire est cette fois-ci nouveau. Les idées de fin du monde semblent inépuisables.

Comme d’autres prédicateurs de la fin du monde, elle s’efforce à trouver des signes annonciateurs de l’apocalypse comme… la pleine lune qui surviendra ce soir et qui ne se produit le vendredi 13 qu’une fois tous les 20 ans.

Mais là n’est pas le seul argument de Genevieve Brazel qui, citée par le média britannique, met en exergue le fait que ce soit aussi, en septembre, le 29 plus précisément, le début de la fête de Roch Hachana [fête juive célébrant l’arrivée de la nouvelle année selon le calendrier hébraïque, ndlr] et… les élections israéliennes qui se dérouleront le 17 septembre.

«C'est imminent [...] C’est imminent, précieux saints. C'est imminent», insiste Geneviève, assurant qu’elle en avait même parlé avec Dieu dans son rêve.

Lire aussi:

En Italie, le nombre de décès dus au coronavirus dépasse les 12.000
Macron et Poutine face au Covid-19: une pandémie, deux stratégies à la loupe
«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Tags:
mayas, Lune, apocalypse
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook