Ecoutez Radio Sputnik
    Un ours (image d'illustration)

    Un ours s’invite au volant d’un vieux camion dans une forêt russe - vidéo

    CC0 / skeeze
    Insolite
    URL courte
    3252
    S'abonner

    La cabine d’un camion soviétique abandonné en forêt dans le parc national russe La Terre du Léopard a attiré l’attention de beaucoup d’animaux, mais la plupart du temps, c’est un ours noir d'Asie qui a passé le temps «au volant» de cet objet peu ordinaire pour la faune sauvage. Il a été filmé par une caméra cachée.

    La vérification des pièges photographiques installés dans le parc national russe La Terre du Léopard a porté ses fruits: les scientifiques ont ainsi découvert la vidéo d’un ours noir d'Asie au volant d’un vieux camion, relate le service de presse du parc.

    ​Sur la séquence, on voit le plantigrade qui s’approche de la cabine et l’étudie, pour ensuite y entrer et s’asseoir. Il y a passé quelques heures au total: y mangeant, s’y abritant du soleil et de la pluie. Ensuite, un tigre de l'Amour est venu voir la cabine sous le couvert de la nuit et a été également enregistré par la caméra. Après le félin, ce fut au tour de tamias et de divers oiseaux.

    Selon Gleb Sédach, membre du Département des sciences du parc, la popularité de la cabine chez les animaux n'est pas un hasard.

    «Elle se distingue fortement sur le fond forestier et est bien visible pour les animaux qui sont habitués à un objet peu ordinaire. Une cabine laissée par les humains peut servir de place de marquage où les animaux laissent leurs poils ou font leurs besoins en échangeant des informations comme cela. Recherche d’un partenaire, déclaration de droits de propriété sur le territoire: les marques peuvent contenir un grand nombre de messages importants», a expliqué le spécialiste.

    Quand les employés du parc ont découvert cet ancien camion soviétique, ils ont décidé d’observer si l’objet attirerait les animaux sauvages.

    Tags:
    insolite, Russie, nature, ours
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik