Ecoutez Radio Sputnik
    Un Lockheed L-1049H Super Constellation (archive photo)

    Les disparitions d'avions militaires les plus mystérieuses

    CC BY 3.0 / RuthAS / Lockheed_L-1049H_N6918C_FTL_LGW_29.08.64
    Insolite
    URL courte
    111220
    S'abonner

    Il y a 65 ans, un avion Lockheed R7V-1 Super Constellation de la marine américaine disparaissait sans laisser de traces au-dessus de l'Atlantique - ses 42 passagers restent portés disparus.

    L'opération de sauvetage a duré plus d'une semaine, à la recherche de débris et de parties de la cargaison. A son bord se trouvaient 111 gilets de sauvetage, cinq radeaux et 660 gobelets en papier. Quelque chose aurait forcément fait surface en cas de crash, mais rien n'a été retrouvé. Un florilège des disparitions d'avions militaires les plus mystérieuses.

    Un escadron «évaporé»

    Dans la journée du 5 décembre 1945, cinq bombardiers torpilleurs américains Avenger ont décollé de la base aérienne de Fort Lauderdale, près de Miami. La météo était ensoleillée, les conditions étaient parfaites pour un vol d'entraînement. L'escadre avait pour mission de mettre le cap sur le point A, effectuer un bombardement d'entraînement, tourner, se diriger vers le point B, tourner et revenir à la base. Les pilotes connaissaient bien l'itinéraire, tous les points de navigation étaient doublés par des repères visuels. Le commandement avait alloué pour le tout un délai de deux heures, mais le carburant dans les réservoirs aurait suffi pour voler pendant cinq heures et demie.

    Au début, tout s'était déroulé comme prévu. Les Avenger avaient identifié la cible d'entraînement, largué les bombes et fait demi-tour vers 15 heures 30. Mais cinq minutes plus tard le chef d'escadre a rapporté à la base que les avions s'étaient perdus et qu'il ne voyait pas la côte. Les pilotes ont changé plusieurs fois de cap, sans jamais atteindre le littoral. L'escadre a pris le contact pour la dernière fois à 19 heures, selon les calculs, une heure plus tard les réservoirs étaient à sec et les avions se sont probablement amarrés.

    Le commandement de la marine américaine a organisé l'une des plus grandes opérations de sauvetage de l'histoire. Plus de 300 avions et 21 navires y ont participé. Les troupes au sol ont passé au crible la côte de la Floride, des îles Keys et des Bahamas. Sans pouvoir trouver la moindre trace. Les recherches ont été stoppées plusieurs semaines plus tard, et les équipages d'Avenger restent portés disparus. Cet épisode est entré dans l'histoire de l'aviation comme l'incident de vol le plus mystérieux.

    L'enquête de la marine a conclu que l'incident était dû au facteur humain et a rejeté la responsabilité sur le commandant de l'escadre, le lieutenant Charles Carroll Taylor. Selon la version officielle, il s'est trompé dans la navigation et a conduit les Avenger dans l'océan Atlantique. Il existe de nombreuses autres hypothèses, notamment paranormales. En effet, l'escadre de torpilleurs a disparu dans le triangle des Bermudes où des phénomènes étranges se produiraient. Toutefois, cette version n'a jamais été officiellement confirmée.

    Disparu avec des bombes

    Le 10 mars 1956, un bombardier B-47 Stratojet a disparu sans laisser de traces au-dessus de la Méditerranée avec deux bombes atomiques à son bord. Ce jour-là, quatre avions avaient décollé de la base américaine MacDill en Floride à destination de la base marocaine de Ben Guerir. L'escadre a traversé l'Atlantique et s'est ravitaillée dans les airs. Le second ravitaillement était prévu en Méditerranée. Les bombardiers descendaient par temps très nuageux. Quand la visibilité est revenue, un avion manquait. Le pilote n'a pas répondu aux appels radio.

    Des groupes de recherche ont été envoyés aux dernières coordonnées connues de l'appareil. Des militaires français et marocains ont participé à l'opération de sauvetage au large de l'Algérie, des navires britanniques ont été envoyés dans la zone du crash supposé. Mais aucune trace n'a été découverte. Les trois membres d'équipage du bombardier restent portés disparus.

    Un éclair dans le ciel

    Dans la nuit du 15 au 16 mars 1962, un avion américain Lockheed L-1049 Super Constellation a disparu au-dessus de l'océan Pacifique alors qu'il transportait des soldats des États-Unis vers le Vietnam. Après un ravitaillement sur l'île de Guam, l'appareil s'est dirigé vers la base aérienne de Clark aux Philippines, sans jamais arriver à destination. Approximativement à mi-parcours, la liaison avec l'avion a été interrompue. Plus de mille personne ont participé à l'opération de sauvetage qui a impliqué des dizaines d'avions et de navires - en vain.

    Selon les conclusions de la commission, «il est impossible de trouver la cause de la disparition de l'avion faute de preuves matérielles». L'avion était parfaitement opérationnel, les conditions météorologiques étaient presque idéales, l'équipage du L-1049 n'avait rapporté aucun incident à bord. Le seul indice est le témoignage de l'équipe du cargo pétrolier Lenzen qui se trouvait dans cette zone au moment des faits. Les marins ont rapporté avoir vu un éclair dans le ciel ressemblant à une explosion. Mais les fouilles dans la zone n'ont rien donné. 11 membres d'équipage de 96 passagers ont été reconnus morts. Il s'agit de la plus importante disparition d'avion au XXe siècle de par le nombre de personnes à bord.

    Disparus après l'amarrage

    Le 23 mars 1951, l'avion de transport américain Douglas C-124 a disparu des écrans radar. Cet appareil transportait 44 militaires depuis l'aérodrome de Walker au Nouveau-Mexique à destination de la base aérienne britannique de Mildenhall. Parmi les passagers se trouvait le général de brigade de l'armée de l'air Paul Thomas Cullen, qui se rendait en Angleterre avec ses subordonnés pour y former la 7e division d'aviation stratégique.

    L'appareil se trouvait dans l'Atlantique à 1.500 km au Sud-Ouest de l'Irlande quand l'opérateur a transmis un signal d'alerte: la cargaison avait pris feu. L'équipage a amarré l'appareil et a embarqué dans cinq radeaux de sauvetage. Un bombardier stratégique B-29 a décollé d'Angleterre pour les secourir. L'équipage a aperçu les radeaux et a volé au-dessus d'eux jusqu'à épuiser ses réserves, puis il est rentré à la base.

    C'est ensuite que l'inexplicable a commencé. Les navires de sauvetage et les avions sont arrivés sur les lieux seulement 19 heures plus tard, le 25 mars. Mais ils n'ont vu ni avion, ni radeaux de sauvetage. Des milliers de kilomètres carrés ont été ratissés, sans succès. On ignore à ce jour ce qui est arrivé à l'avion, à l'équipage et aux passagers.

    Certains parlaient de la «main du Kremlin», d'un prétendu l'enlèvement des militaires américains par des navires soviétiques à cause de la grande valeur présumée du général Cullen pour les renseignements. Mais rien n'est venu confirmer cette hypothèse.

    Un an de recherches

    Les avions américains ne sont pas les seuls à avoir disparu sans laisser de traces. Le 12 août 1937, le bombardier soviétique à long rayon d'action DB-A, numéro de bord N-209, a décollé de l'aérodrome de Moscou en direction d'Arkhanguelsk. Sous le commandement du Héros de l'Union soviétique Siguizmound Levanevski, l'équipage devait traverser l'Antarctique pour se rendre à Fairbanks, en Alaska. Selon les premiers radiogrammes de bord, tout se déroulait comme prévu. Mais le 14 août, Siguizmound Levanevski a transmis qu'il volait avec un vent fort et des nuages denses, que les vitres de la cabine étaient givrées, et qu'un moteur était endommagé». L'avion se trouvait dans la région de l'Alaska. Après ce message la communication avec le DB-A a été interrompue.

    Des pilotes soviétiques, canadiens et américains ont cherché l'appareil pendant presque un an. Aucun corps ni débris n'a été retrouvé. Plusieurs versions ont été avancées. Selon l'une d'elles, l'équipage aurait atterri d'urgence près du mont Endicott en Alaska. Des pilotes américains ont passé au crible ce territoire, mais en vain. Le bombardier aurait pu atterrir sur un glacier à la dérive, et avoir été emporté dans l'océan Atlantique. Des esquimaux auraient aperçu un avion tombé dans l'eau près de l'île Thetis. L'examen de cette région n'a rien donné non plus. Les pilotes ont été reconnus comme officiellement décédés.

    Tags:
    États-Unis, Lockheed Martin
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik