Insolite
URL courte
246
S'abonner

Des agriculteurs néo-zélandais se sont déshabillés pour remonter le moral de leurs confrères face à la vague de suicides qui les touche. Ils ont ainsi posé pour un calendrier qu’ils commercialisent pour soutenir en outre les fermiers de la région.

Après une vague de suicides dans la communauté rurale de Reporoa, de jeunes agriculteurs ont décidé de se réunir pour se dénuder et dire «assez», relate le journal local The New Zealand Herald. Leur séance photo en tenues d’Ève et d’Adam illustre un calendrier vendu à l’occasion des fêtes de Noël et du Nouvel An.

Au fil des ans, en effet, la petite communauté a été secouée par une vague de suicides chez les jeunes. Ceux-ci ont fortement ému les autres habitants. En se déshabillant pour un calendrier, les agriculteurs espèrent «détendre l'atmosphère», mais aussi vendre ce produit de Noël pour soutenir la communauté.

Personne ne doit rester seul

L'idée a été inspirée par une série de calendriers présentant des agriculteurs nus parus en Australie. Le concept était de se déshabiller pour se sentir plus libres de s’exprimer. «Personne ne devrait avoir à gérer ses difficultés tout seul», dit une militante.

La communauté des jeunes agriculteurs de Reporoa (Reporoa Young Farmers) s’est effectivement réunie pour se déshabiller et poser devant des objets typiques de la ferme, comme des clôtures en bois ou des meules.

Le calendrier a ensuite été élaboré et proposé à la vente à diverses entreprises. Tous les profits iront directement à la Rural Support Trust (Fonds fiduciaire rural) qui soutient les fermiers.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
Liban: avec l’arrivée en grande pompe du pétrole iranien, le jour de gloire du Hezbollah?
Tags:
calendrier, Nouvelle-Zélande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook