Insolite
URL courte
7175
S'abonner

Le crash d’un avion à permis à la police de Papouasie-Nouvelle-Guinée de réaliser une saisie de drogue record. L’appareil transportait en effet 750 kg de cocaïne. Des connexions avec des narcotrafiquants australiens sont soupçonnées.

Un avion léger s’est écrasé en Papouasie-Nouvelle-Guinée; il transportait une grande quantité de stupéfiants, rapporte la chaîne de télévision locale EMTV. L’aéronef s’est embouti sur une piste d’atterrissage non loin de la capitale, Port Moresby.

À son bord, les policiers ont découvert 28 cartons contenant en tout 750 kg de cocaïne. La cargaison a une valeur de 58 millions de dollars (près de 50 millions d’euros).

Il s’agit de la plus grosse saisie de drogue jamais réalisée en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le commissaire David Manning a confié à EMTV que cette prise faisait partie d’une enquête plus large mobilisant les forces de l’ordre depuis deux ans.

Une connexion australienne

Les enquêteurs ont pu établir que la cargaison devait rallier l’Australie. Le pilote, lui-même australien, a été interrogé et condamné à une amende pour entrée illégale sur le territoire.

 Il devra répondre de plus graves accusations par la suite, avant d’être remis aux mains de la police australienne.

Le transport de drogue entre l’Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée fait l’objet d’une attention particulière des autorités. Ainsi ce 1er août, plusieurs membres d’un syndicat criminel établi à Melbourne ont été jugés pour avoir voulu faire entrer 500 kg de cocaïne en Australie depuis la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Des liens avec le crime organisé italien sont soupçonnés.

Lire aussi:

La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Didier Raoult estime que le Covid-19 est désormais l'une des maladies respiratoires les moins graves - vidéo
Tags:
mafia, Australie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, drogue, cocaïne, crash d'avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook