Insolite
URL courte
3367
S'abonner

Après avoir acheté un billet pour 20 rands (environ un euro) à la loterie, un Sud-Africain a eu la surprise de découvrir le 29 juillet qu’il avait remporté le jackpot de 37,9 millions de rands (environ 1,8 million d’euros). Il veut dépenser tout d’abord une partie de son gain pour une pierre tombale destinée à son père.

Un habitant de la province du Gauteng en Afrique du Sud a décroché le 29 juillet une grosse somme au loto et a décidé d’en dépenser une partie pour une pierre tombale, rapporte le site d’information TimesLIVE.

Il avait acheté un billet pour 20 rands (environ un euro) et en a gagné 37,9 millions (environ 1,8 million d’euros).

«J'ai dormi avec le billet sous mon oreiller pendant deux nuits et je me suis réveillé toutes les heures pour vérifier si effectivement (...) je ne rêvais pas», confie-t-il au site.

Il envisage de garder cela secret.

«Je n'ai l'intention d'en parler à aucun membre de ma famille, y compris à ma mère. J'ai peur que si je lui dis elle puisse s'exciter et en parler à sa meilleure amie par erreur [qui le dira aux autres, ndlr] et cela pourrait me causer des problèmes indésirables et compromettre ma sécurité», explique-t-il.

Quelques projets

La première chose qu'il va faire est d'ériger une pierre tombale pour son père décédé et acheter une voiture pour son entreprise car il doit se déplacer dans la région afin de rencontrer ses clients. En outre, il souhaite agrandir la maison de sa mère en faisant construire un deuxième étage

Il ne s'achètera pas de maison dans l'un des beaux quartiers avant l'année prochaine pour ne pas éveiller les soupçons. En outre, il prévoit de faire des investissements avec le reste de son gain.

Lire aussi:

Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Tags:
loto, jackpot, Afrique du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook