International
URL courte
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
15926
S'abonner

Dès qu'il s'agit de l'Ukraine, Victoria Nuland s'écarte de la réalité et plonge dans un monde parallèle, ce qui n'est pas du tout amusant, mais dangereux, prévient un expert britannique.

La sous-secrétaire d’Etat américaine Victoria Nuland s'écarte de la réalité et se retrouve dans un monde parallèle dès qu'elle parle de l'Ukraine, a indiqué vendredi sur le site de Sputnik l'ancien magistrat de la Cour royale de Londres Alexander Mercouris.

"Alors que Mme Nuland affirme que la Crimée se trouve dans +l'étau de la terreur+, plus de 90% des Criméens soutiennent le rattachement à la Russie. Cela peut paraître amusant, mais c'est plutôt dangereux", a souligné M.Mercouris, expert en politique internationale. 

Et d'ajouter qu'on avait bien l'impression que la diplomate ne voyait tout simplement pas ce qui se produisait en réalité. 

"Elle ne remarque pas notamment que la destitution de Viktor Ianoukovitch est inconstitutionnelle, ignore complètement le retrait de l'accréditation aux journalistes russes et l'interdiction des médias russes en Ukraine, ferme les yeux sur la disparition des journalistes russes dans le pays", écrit l'auteur.

Selon ce dernier, elle ne voit pas non plus qu'en dépit de ses promesses innombrables, Kiev refuse toujours de négocier sur le règlement de la situation dans l'est du pays.

"En parlant de l'Ukraine, Mme Nuland s'écarte de plus en plus de la réalité. Cela risque de compromettre la crédibilité de l'Occident. Pire, cela montre que des conservateurs, tels que Mme Nuland, sont prêts à aller très loin pour attiser des guerres antirusses en Europe", conclut M.Mercouris.

Dossier:
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

Lire aussi:

Vers la paix en Ukraine
Nuland: Washington ne compte pas censurer les médias russes
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
Viktor Ianoukovitch, Alexander Mercouris, Victoria Nuland, Crimée, États-Unis, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook