Ecoutez Radio Sputnik
    Bombardier B-1B Lancer

    Les USA ont effectué 2.700 sorties aériennes contre les positions de l'EI

    © AFP 2018 US Air Force
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    1615

    Depuis le début de l'opération contre l'Etat islamique, les avions américains ont effectué 2.700 sorties visant les positions de ce groupe terroriste.

    Depuis le début de l'opération militaire contre le groupe terroriste Etat islamique (EI), l'aviation américaine a effectué près de 2.700 missions de combats contre les positions de l'EI en Irak et en Syrie, a annoncé mardi aux journalistes le contre-amiral James Loeblein, chef adjoint de la Cinquième flotte américaine basée à Bahreïn.  

    "Rien que les Etats-Unis ont réalisé pendant cette période près de 2.700 sorties ariennes. Elles ont toutes été effectuées depuis les porte-avions déployés dans le golfe Persique", a déclaré le contre-amiral.  

    Selon lui, les bombardements de l'Irak sont menés en coordination avec le gouvernement irakien. En ce qui concerne les frappes sur les positions de l'EI en Syrie, elles ne sont pas coordonnées avec les autorités de Damas. 

    Les combattants d'État islamique défilent
    © AP Photo/ Raqqa Media Center of the Islamic State group
    M. Loeblein a également fait savoir que les pilotes américains utilisaient les informations fournies par le renseignement US et par les services secrets irakiens. 

    "Les Etats-Unis respectent à 100% leurs engagements concernant la lutte contre  l'Etat islamique", a indiqué le contre-amiral. Cependant, a-t-il ajouté, "nous n'intervenons que dans la mesure où les Irakiens nous le demandent".

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Etat islamique : nous sommes déjà dans une guerre mondiale
    L'EI utilise des mineurs comme éclaireurs et donneurs de sang
    Salaires et défaites sèment la discorde au sein de l’État islamique
    Tags:
    Etat islamique, James Loeblein, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik