Ecoutez Radio Sputnik
    Les militaires de la Flotte de Mer Noire, Sevastopol

    Crimée: la Russie a torpillé les projets de l'Otan

    © Sputnik. Vasiliy Batanov
    International
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)
    21903324723

    L'entrée de la péninsule au sein de la Fédération de Russie a porté "un coup dur" aux ambitions de l'Otan en Europe de l'Est.

    L'adhésion de la Crimée à la Russie a privé l'Occident de l'espoir de se doter d'une base navale dans la région et porté un coup dur aux ambitions de l'Otan, estiment les analystes étrangers interrogés par l'agence Sputnik.

    "L'Otan voulait désespérément disposer d'une base en Crimée, à Sébastopol, car cela affaiblirait extrêmement les positions de Moscou en mer Noire. Les Etats-Unis nourrissaient depuis longtemps des ambitions concernant la Crimée, et maintenant elles sont mises en sommeil pour une durée indéterminée", affirme l'expert britannique en relations internationales Marcus Papadopoulos.

    Selon lui, l'entrée de la péninsule au sein de la Fédération de Russie a porté "un coup dur" aux ambitions de l'Otan en Europe de l'Est.

    Pour sa part, l'analyste politique serbe Srđa Trifković rappelle que l'Alliance atlantique a procédé à deux vagues d'élargissement depuis l'effondrement de l'Union soviétique en dépit des garanties données à l'URSS par l'Occident.

    Selon lui, la situation autour de la Crimée, comparée à la sécession de la province serbe de Kosovo, témoigne de la pratique américaine du "deux poids, deux mesures". La position adoptée par l'Occident par rapport à la Crimée constitue un prétexte pour exercer des pressions sur la Russie, et l'Occident n’y renoncera pas même si la crise ukrainienne est résolue, indique le politologue.

    "Je crois que les puissances occidentales ne reconnaîtront pas l'adhésion de la Crimée à la Russie simplement afin de continuer à posséder une arme qui leur permet d'appliquer des sanctions antirusses, de critiquer la politique de Moscou et de diaboliser Poutine à tout moment voulu", explique M.Trifković.

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (186)

    Lire aussi:

    Les forces américaines en Europe et les mythes néocolonialistes
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe
    Europe: l'Otan augmente sa présence sur le flanc oriental
    Tags:
    OTAN, Srđa Trifković, Vladimir Poutine, Marcus Papadopoulos, mer Noire, Occident, Russie, URSS, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik