International
URL courte
0 368
S'abonner

La proposition du russe Gazprom de construire un gazoduc en Grèce a été au centre d'entretiens gréco-américains aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis ont l'intention de faire une contre-proposition à Athènes suite à l'initiative du groupe gazier russe Gazprom de poser un gazoduc en Grèce pour livrer du gaz russe en Europe, a annoncé jeudi le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Kotzias cité par l'agence ANA-MPA

"Gazprom nous a fait une belle offre. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré que les Etats-Unis seraient prêts à faire une contre-proposition et que le représentant spécial du département d'Etat pour les questions énergétiques internationales Amos Hochstein se rendrait à Athènes d'ici quelques jours", a indiqué le ministre Kotzias, en visite de cinq jours aux Etats-Unis.

La proposition de Gazprom de construire un gazoduc en Grèce et de signer un accord russo-grec sur la livraison de gaz à prix réduit pour une période de 10 ans a été au centre des entretiens entre MM.Kotzias et Kerry.

Selon M.Kotzias, les négociations gazières russo-grecques sont dictées par des raisons purement économiques. Mais selon les médias, l'intérêt de Gazprom pour la Grèce s’inscrit dans la lutte contre les efforts des Etats-Unis visant à garantir l'indépendance de l'Europe centrale et de l'Est envers les produits énergétiques russes.

Athènes ne voit pas de raisons de renoncer à la coopération avec Moscou d'autant que la Turquie entend accueillir un gazoduc de Gazprom qui atteindra les frontières européennes, a conclu le ministre.

Lire aussi:

Turkish Stream: Gazprom suggère à la Grèce de trouver l'argent elle-même
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Le pilonnage du sud d'Israël se poursuit, après Ashkelon c'est au tour de Sdérot
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Tags:
gaz, Nikos Kotzias, Grèce, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook