Ecoutez Radio Sputnik
    BPC de classe Mistral

    Mistral pour la Russie: la saga pas encore finie?

    © Sputnik. Grigory Sysoev
    International
    URL courte
    Résiliation du contrat Mistral (128)
    0 105231082

    Le vice-premier russe Dmitri Rogozine a réprimandé le responsable ayant déclaré que la Russie avait renoncé à l'achat des BPC français Mistral, selon le quotidien russe Kommersant.

    Mardi, le vice-président du collège de la Commission militaire et technique russe Oleg Botchkarev a affirmé que la Russie avait accepté la non-livraison des Mistral français et que les parties ne négociaient plus que le montant des remboursements devant être versés à Moscou pour résiliation du contrat.

    D'après Kommersant, M.Botchkarev a été réprimandé par Dmitri Rogozine suite à ces déclarations.

    Mistral
    © AFP 2017 Jean-Sebastien Evrard
    "La Russie n'a pas officiellement renoncé aux navires (…) et M.Botchkarev n'a jamais pris part aux négociations à ce sujet", écrit le journal.

    Le porte-parole du groupe DCNS qui a construit les Mistral commandés par Moscou, Emmanuel Gaudez, a déclaré aux journalistes russes qu'il lui était interdit de faire des commentaires concernant les perspectives du contrat avant le début des négociations officielles sur le volume des dédommagements destinés à la Russie.

    Un représentant du ministère français de la Défense a pour sa part indiqué au quotidien que le sort des navires dépendrait d'une décision du président François Hollande.

    Le constructeur naval français DNCS/STX a signé en juin 2011 un contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral pour la Russie.

    La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, aurait dû avoir lieu à l'automne 2014, mais elle a été suspendue par le président François Hollande sine die au motif que les conditions "n'étaient pas réunies" en raison de la crise ukrainienne.

    En mai 2015, les médias russes ont affirmé que la France envisageait de proposer à Moscou environ 785 millions d'euros à titre de dédommagement pour la rupture du contrat sur les Mistral. Cette somme ne sera payée à la partie russe que contre une lettre autorisant la cession des porte-hélicoptères à un pays tiers.

    Dossier:
    Résiliation du contrat Mistral (128)

    Lire aussi:

    BPC Mistral: la farce n'a que trop duré!
    Mistral pour Moscou: l'émissaire de la France aux négociations mal informé
    La France aura à assumer les Mistral!
    Député: l’UE pourrait utiliser les Mistral pour secourir les migrants
    Tags:
    Mistral, Emmanuel Gaudez, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik