Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond

    Moscou à Londres: cessez l'hystérie antirusse!

    © REUTERS / Stefan Wermuth
    International
    URL courte
    Durcissement des relations entre Londres et Moscou (66)
    2977
    S'abonner

    La Grande-Bretagne doit cesser de jouer sur les peurs entourant la Russie, estime le chef du Comité de la défense de la Douma.

    Londres doit cesser d'exacerber l'hystérie autour de la Russie, pays qui ne présente aucun danger pour la sécurité en Europe, a déclaré Vladimir Komoïedov, chef du Comité de la défense de la Douma (chambre basse du parlement russe) et ex-commandant de la flotte de la mer Noire.

    Lundi, le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a annoncé que Londres était prêt à accueillir des missiles nucléaires américains sur son territoire sur fond de tensions croissantes dans les relations avec la Russie. Il a précisé que la Grande-Bretagne devait envoyer des signaux clairs au président Poutine, fustigeant le déploiement possible de missiles russes à Kaliningrad (ville russe enclavée entre la Lituanie et la Pologne, ndlr).

    "La Grande-Bretagne doit cesser cette hystérie autour de la Russie (…). Il faut faire confiance à (Vladimir) Poutine qui a expliqué que la Russie n'attaquerait personne ni hier, ni aujourd'hui, ni dans un avenir proche. Si vous ne lui faites pas confiance, faites au moins confiance au peuple russe", a déclaré M. Komoïedov dans une interview accordée à RIA Novosti.

    En outre, selon le député, le déploiement de missiles nucléaires n'est pas un processus aussi simple qu'il n'y paraît. "L'arme nucléaire n'est pas un sac de patates, il ne faut pas uniquement savoir comment la transporter, mais aussi comment l'entretenir", a-t-il fait remarquer.
    Le secrétaire de presse du président russe Dmitri Peskov estime également que l'exacerbation des tensions entre l'Occident et la Russie n'est bénéfique à aucune des parties.

    "Le sujet-même ne contribue pas à l'établissement d'une relation de confiance et d'un équilibre des intérêts sur le continent européen", a annoncé M.Peskov commentant la déclaration du chef de la diplomatie britannique.

    Selon les experts russes, si Washington déploie des missiles terrestres en Europe, il violera alors le Traité sur les sur les forces nucléaires à portée intermédiaire signé en 1987. C'est pourquoi les Etats-Unis comptent agir prudemment, par l'intermédiaire de puissances nucléaires alliées en Europe, comme le Royaume-Uni ou la France.

    De son côté, le chef adjoint du Comité des affaires étrangères de la Douma Léonid Kalachnikov considère que même si les Etats-Unis ne vont pas jusqu'à déployer leurs missiles, ils pourraient pousser la Grande-Bretagne à créer ses propres missiles en propageant l'idée selon laquelle la Russie représente une menace. Selon M. Kalachnikov, dans un tel cas de figure, Moscou serait obligé de se retirer du traité, ce qui séparera encore plus la Russie de l'Europe.

    Ces dernières années, la Russie et les Etats-Unis s'accusent mutuellement de violer le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, signé en 1987 par le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le leader US Ronald Reagan.

    Conformément au Traité FNI, la Russie et les USA se sont engagés à ne pas fabriquer, tester ou déployer des missiles balistiques et de croisière terrestres à moyenne (1.000-5.500 km) et courte portée (500-1.000 km). De plus, les parties s'étaient engagées à éliminer en trois ans tous les vecteurs et missiles terrestres d'une portée comprise entre 500 et 5.500 km.

     

    Dossier:
    Durcissement des relations entre Londres et Moscou (66)

    Lire aussi:

    INF: Moscou quittera le Traité si des missiles US sont déployés en Europe
    La Russie teste un nouveau missile pour les systèmes S-400
    Crash du Boeing malaisien: l'équipage aurait pu apercevoir un missile
    Tags:
    Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), propagande, défense, sanctions, Vladimir Komoïedov, Philip Hammond, Dmitri Peskov, Washington, Kaliningrad, Royaume-Uni, Londres, Moscou, Europe, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik