Ecoutez Radio Sputnik
    Athènes

    Référendum grec: trois scénarios pour Athènes

    © REUTERS / Yannis Behrakis
    International
    URL courte
    Situation économique en Grèce (112)
    19660

    Le 5 juillet, les Grecs se rendront aux urnes dans le cadre d'une consultation populaire sur un accord avec leurs créanciers internationaux.

    Mercredi soir, le premier ministre Alexis Tsipras a appelé la population à rejeter les conditions posées à la Grèce par ses créanciers en échange d'un nouveau plan de sauvetage. Selon lui, l'éventuelle victoire du "non" devrait aider Athènes à parvenir à un "meilleur accord avec l'Europe".

    D'après un récent sondage, 54% des Grecs ont l'intention de voter contre la politique d'austérité proposée par les créanciers internationaux.

    Drapeau de la Grèce
    © AP Photo / Petros Giannakouris
    Victoire du "oui"

    Le principal problème posé par ce scénario est de savoir si les créanciers de la Grèce sont confiants dans la capacité du pays à mener à bien un programme économique qui satisferait les Européens.

    Alexis Tsipras a pour sa part promis de démissionner du poste de chef du gouvernement en cas d'éventuelle victoire du "oui".

    Victoire du "non" et sortie chaotique de la zone euro

    Ce scénario serait marqué par une longue période de crise et d'incertitude qui se terminera par la sortie du pays de la zone euro et le retour à la monnaie nationale, la drachme.

    L'oligarchie financière mondiale fait main basse sur la Grèce
    © REUTERS / Pawel Kopczynski
    De toute évidence, ce processus s'avérerait chaotique, la Banque centrale européenne étant susceptible d'interdire l'octroi de prêts à la quasi-totalité des banques grecques en raison de leur insolvabilité.

    L'accès aux comptes bancaires et actifs financiers serait limité dans le pays, ce qui risquerait de porter un nouveau coup dur à l'économie nationale.

    Le retour à la drachme entraînerait pour sa part une montée de l'inflation dans le pays. Dans ce contexte, le gouvernement pourrait être contraint de modifier la législation afin de garder la situation sous contrôle.

    Victoire du "non" et sortie organisée de la zone euro

    Une sortie organisée de la zone euro pourrait être moins douloureuse, même si elle entraînera également la conversion des comptes bancaires en drachmes.

    La question de l'appartenance de la Grèce à l'Union européenne restera quant à elle ouverte. Il est à noter qu'aucun mécanisme d'exclusion d'un pays de l'UE n'existe pour le moment. Dans tous les cas, le règlement de la crise économique qui affecte le pays aujourd'hui sera encore très long, indépendamment du résultat du référendum.

    Les experts grecs se montrent cependant plus optimistes que leurs collègues occidentaux. Ainsi, la politologue Aliki Kosyfologou estime que la victoire du "non" permettait de "construire un avenir démocratique" en Grèce comme dans l'ensemble de l'Europe.

    "Le référendum ne porte pas sur l'appartenance du pays à la zone euro: cette décision relève de la compétence du gouvernement. Nous ne sommes pas des invités en Europe (…). Comme en témoigne une récente expérience, le référendum est un argument puissant pour mettre fin à l'austérité draconienne dans la zone euro", a déclaré Mme Kosyfologou citée par le service de presse du parti SYRIZA, au pouvoir en Grèce.

    Dossier:
    Situation économique en Grèce (112)

    Lire aussi:

    Grèce: adresse imminente de Tsipras à la Nation
    Grèce: arriéré ou défaut?
    Grèce: Merkel refuse de négocier avant le référendum
    La Grèce dans l’attente de son référendum
    Tags:
    Banque centrale européenne (BCE), dette grecque, crise grecque, grexit, dette, zone euro, banques, référendum, euro, Alexis Tsipras, Grèce, politique d'austérité
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik