Ecoutez Radio Sputnik
    Fragments du Boeing malaisien abattu en Ukraine

    CNN: le rapport d'enquête sur le crash du MH17 accusera les rebelles

    © AFP 2017 ANP / Robin Van Lonkhuijsen
    International
    URL courte
    152340148

    Selon les sources proches de l'enquête sur le crash du vol MH17 en Ukraine, le rapport d'enquête attendu en octobre prochain accusera les insurgés du Donbass d'avoir abattu le Boeing malaisien.

    La responsabilité du crash du vol MH17 en Ukraine sera imputée aux insurgés du Donbass et à la compagnie Malaysia Airlines, a annoncé mercredi la chaîne de télévision CNN, citant des sources connaissant le projet de rapport d'enquête sur la catastrophe du Boeing malaisien, rédigé par les enquêteurs néerlandais.

    Le Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité publiera son rapport définitif sur le crash dans la première quinzaine d'octobre 2015. Les brouillons de ce document ont auparavant été présentés aux Etats participant à l'enquête. Ces derniers ont été invités à formuler leurs remarques et considérations dans un délai de 60 jours.

    Selon la chaîne de télévision, le projet de rapport comprend plusieurs centaines de pages. D'après une source citée par la chaîne, le document indique le type et la trajectoire exacte du missile ayant abattu le Boeing malaisien.

    Une autre source a fait savoir que le rapport donnait une transcription minutée des événements à bord de l'avion. Cette même source a en outre déclaré que le document indiquait l'endroit précis d'où le missile était parti et qu'il imputait la responsabilité de la tragédie aux forces d'autodéfense du Donbass.

    Les deux sources ont par ailleurs affirmé qu'une partie de la responsabilité était également assumée par Malaysia Airlines qui, à la différence de la plupart des compagnies aériennes internationales, continuait à effectuer des vols dans la zone du conflit.

    Selon le rapport, le transporteur malaisien avait omis de prendre connaissance des NOTAM, messages émis à l'intention des navigants aériens, et continuait de voler au-dessus de la zone du conflit. Communiqués aux pilotes avant le vol, ces messages les avertissent des dangers pouvant surgir sur le parcours.

    Conformément à la législation internationale, les parties participant à l'enquête doivent maintenant étudier le projet de rapport pour y relever des erreurs et des imprécisions. Un des participants à l'enquête, le Conseil national de la sécurité des transports des Etats-Unis (NTSB) dresse actuellement la liste de ses remarques.

    "Nous ne commentons pas le projet de rapport confidentiel", a déclaré à la chaîne CNN un porte-parole du Bureau d'enquête néerlandais.

    Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans la région de Donetsk, en proie à un conflit entre les insurgés et l'armée ukrainienne. Le crash a fait 298 morts, dont 85 enfants.

    Le 10 septembre 2014, les Pays-Bas chargés de l'enquête ont publié un rapport préliminaire sur la catastrophe. Selon ce document, l'avion s'est désintégré en plein vol suite à des "dommages structurels provoqués par l'impact extérieur de nombreux projectiles à haute énergie". Cependant, l'origine de ces projectiles n'a pas été précisée.

    Lire aussi:

    Crash du MH17: les Pays-Bas achèvent leur enquête
    Vol MH17: la Malaisie appelle à créer un tribunal international
    Journaliste US: la CIA étrangement discrète sur le crash du vol MH17
    Vol MH17: Moscou exige une enquête objective
    Tags:
    MH17, Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), Conseil national de la sécurité des transports des Etats-Unis (NTSB), Malaysia Airlines, Pays-Bas
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik