International
URL courte
Nucléaire iranien (2015) (124)
2231
S'abonner

Washington "n'a pas d'illusions" concernant ses relations avec la République islamique.

Les Etats-Unis et l'Iran ne sont pas devenus partenaires après la signature de l'accord sur le dossier nucléaire iranien, a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

"Nous restons des adversaires car nous ne sommes pas devenus partenaires. Nous avons des divergences, et nous n'avons pas d'illusions", a expliqué le chef de la diplomatie américaine.

Dans le même temps, M.Kerry a défendu l'accord avec la République islamique, ses dispositions étant selon lui suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter d'une arme atomique.

Auparavant, dans une interview à PBS, le secrétaire d'Etat a estimé qu'Israël "serait plus en sécurité" suite à l'accord sur le programme nucléaire iranien. Il a également indiqué que le président US Barack Obama était prêt à "faire davantage pour être en mesure de répondre aux préoccupations spécifiques" de l'Etat hébreu sur les détails de l'accord.

Il a en outre insisté sur le fait que les détracteurs de l'accord n'avaient proposé aucune alternative. D'après M.Kerry, l'idée qu'un "meilleur accord" aurait pu être conclu relève du "fantasme".

Les négociations entre Téhéran et les six médiateurs internationaux sur le dossier nucléaire iranien ont duré plus de 10 ans. Le dernier round de discussions à Vienne a abouti à la conclusion d'un accord historique qui lève les obstacles pour le commerce extérieur de l'Iran tout en maintenant l'embargo sur les armes et les missiles à destination de ce pays.

L'Iran, pour sa part, ne sera pas en mesure d'élaborer de combustible nucléaire pendant 15 ans.

Dossier:
Nucléaire iranien (2015) (124)

Lire aussi:

Téhéran fête l'accord sur le nucléaire
Les détails de l'accord sur le nucléaire iranien
Accord sur le nucléaire: le triomphe de la diplomatie iranienne
Nucléaire iranien: l'embargo sur les armes serait partiellement levé
Tags:
accord iranien, programme nucléaire iranien, négociations, John Kerry, Barack Obama, Iran, Israël, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook