International
URL courte
Crise migratoire (789)
31324
S'abonner

Des réfugiés syriens, arrivés en Norvège par la région arctique russe de Mourmansk, affirment que cet itinéraire est plus court et moins cher que celui passant par la Méditerranée et la Grèce ou l'Italie.

Les migrants ont découvert un "raccourci vers l'Europe" passant par les régions arctiques russes, a rapporté le quotidien américain Wall Street Journal citant Hans Møllebakken, chef de police de Storskog, qui abrite le seul poste-frontière automobile à la frontière entre la Norvège et la Russie.

Selon les migrants interrogés par le journal, ce voyage d'environ trois jours coûte près de 2.500 dollars, alors que les dépenses des réfugiés qui essaient de se rendre en Europe du Nord par la Grèce ou l'Italie, s'élèvent à 12.000 dollars dont 2.500 dollars pour arriver de Turquie en Grèce.

Les réfugiés cités par WSJ ont organisé eux-mêmes leur voyage en Norvège avec l'aide de leurs familles et amis. 

Un enseignant de 31 ans de Hamah (Syrie) a été l'un des premiers migrants à emprunter l'itinéraire arctique pour rejoindre Oslo après avoir échoué à plusieurs reprises à passer par la Turquie. Il a déclaré au WSJ avoir payé 2.400 dollars dont 250 dollars pour le visa russe et 1.600 dollars pour un billet d'avion Beyrouth-Moscou. Arrivé dans la région frontalière russe  de Mourmansk, il n'a pas réussi à entrer en Norvège en voiture, les conducteurs russes refusant de se livrer au trafic d'êtres humains. L'enseignant a alors acheté une bicyclette pour 150 dollars, le poste-frontière de Storskog étant interdit aux piétons.

Ali al-Salim, de Homs, est arrivé à Mourmansk en train en février dernier. Lui et son compagnon de voyage ont trouvé un conducteur prêt à l'acheminer jusqu’à la frontière pour 150 dollars et ont acheté un vélo pour 150 dollars pour passer le poste-frontière. 

Le frère cadet d'Ali al-Salim, Mohammed, qui avait 19 ans au moment de départ, a mis seulement trois jours pour se rendre à Oslo fin août. Il s'est inscrit dans une université russe pour obtenir un visa d'étudiant russe à Damas. Les deux frères ont confié au WSJ que leur mère devrait prochainement les rejoindre en Europe par le même itinéraire.

Cette année, au moins 150 migrants sont entrés en Norvège par le poste-frontière de Storskog, note le journal. D'après les autorités norvégiennes, le flux des migrants est en hausse. Beaucoup d'entre aux utilisent des vélos qu'ils abandonnent à la frontière.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Crise migratoire: l'Italie renforcera le contrôle à la frontière autrichienne
Crise migratoire: Merkel envisage de remettre en question l'espace Schengen
Crise migratoire: échange de piques entre la Hongrie et la France
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Tags:
visas, réfugiés, vélo, crise migratoire, migration, migrants, frontière, Beyrouth, Damas, Mourmansk, Turquie, Italie, Grèce, Oslo, Syrie, Russie, Norvège, Europe, Europe du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik