International
URL courte
1131
S'abonner

En cause, le bombardement conjoint par des avions canadiens et australiens d'une "usine d'armes présumée" dans la ville de Falloujah le 21 décembre 2014.

Les forces aériennes du Canada participant à l'opération internationale de lutte contre le groupe terroriste Etat islamique en Irak et en Syrie pourraient être impliquées dans la mort de civils, a annoncé jeudi la CBC.

Il s'agit du bombardement conjoint par des avions canadiens et australiens d'une "usine d'armes présumée" dans la ville de Falloujah le 21 décembre 2014. La chaîne se réfère à un rapport du Pentagone concernant une vidéo représentant une femme avec enfant. "L'enfant a été emporté à l'hôpital par un homme inconnu et la femme s'est couchée sur le bas-côté avant de ne plus se relever", indique la CBC.

"Je ne dispose pas de nouvelles données concernant une éventuelle implication de notre aviation dans la mort de civils", a déclaré à la chaîne la chef du groupe aérien canadien en Syrie et en Irak.

Auparavant, les militaires canadiens ont déjà été accusés de la mort de civils en Irak du Nord, à Kisik, bombardé par la coalition le 21 janvier 2015. Cette information n'a pas été confirmée, selon le ministère canadien de la Défense.
En octobre 2014, le Canada a décidé d'envoyer un groupe aérien et 600 militaires pour lutter contre l'EI. Le contingent est cantonné dans une base aérienne au Koweït.

Fin mars, le parlement canadien a voté pour le prolongement de la participation du pays à la coalition internationale de lutte contre l'EI mais aussi pour le soutien des alliés en Syrie. Le 21 octobre, cependant, le premier ministre désigné du Canada, Justin Trudeau, a informé le président des États-Unis, Barack Obama, que son gouvernement allait mettre fin à ses frappes aériennes en Irak et en Syrie contre le groupe État islamique (EI), sans toutefois donner de calendrier.

M. Trudeau a notamment exprimé son intention de maintenir une participation « responsable » du Canada dans la lutte contre le groupe armé État islamique, c'est-à-dire en privilégiant l'entraînement des troupes locales au détriment de frappes aériennes en Irak et en Syrie.

Lire aussi:

La Russie parvient à associer l'Iran aux négociations sur la Syrie
Premier ministre canadien: pour aider les migrants, il faut vaincre l’EI
«L’arme avait été livrée par drone»: un détenu ouvre le feu dans une prison italienne
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
Tags:
Irak, Syrie, Canada, Etat islamique, civils
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook