International
URL courte
La Turquie abat un Su-24 russe (187)
481426
S'abonner

Lors d'un match de qualification pour l'Euro féminin 2017 de football entre les sélections russe et turque en Turquie, les supporters turcs ont applaudi l'hymne national de la Russie.

Les supporters turcs ont salué par des applaudissements l'hymne national de la Russie lors d'un match de qualification pour le championnat d'Europe de football féminin 2017 de l'UEFA entre les sélections russe et turque qui s'est déroulé en Turquie, a raconté aux journalistes le porte-parole de l'équipe russe, Ivan Guenkenev. 

"Le stade dans la ville de Fethiye était plein à craquer (…) A mon avis, au moins 3.000 supporters s'y sont réunis. L'atmosphère était calme et chaleureuse. Tous ont applaudi l'hymne de la Russie et ont remercié l'équipe russe après le match. Nous avons également salué les supporters par des applaudissements. Les Turcs ont soutenu aussi bien leur équipe nationale que la nôtre. On n'y ressentait rien de négatif", a déclaré M.Guenkenev. 

Le match s'est achevé sur un score nul. 

Les supporters turcs sympathisent avec les Russes et ce, indépendamment de ce qui se produit entre Moscou et Ankara sur le plan politique. Le football a prouvé une fois de plus que le sport doit être en dehors de la politique. 

Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s'est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l'espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16. La Turquie affirme que l'avion russe a violé son espace aérien. D'après le ministère russe de la Défense, l'avion se trouvait dans l'espace aérien syrien, à un kilomètre de la frontière turque.

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (187)

Lire aussi:

"La Turquie montre ses terribles facettes que l'Occident ne veut pas voir"
Su-24 russe abattu: un club de foot serbe renonce à se rendre en Turquie
La Russie "ne compte pas faire la guerre à la Turquie"
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
Tags:
football, Euro féminin 2017 de football, Ivan Guenkenev, Fethiye, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik