Ecoutez Radio Sputnik
    Bilal Erdogan

    Le fils d’Erdogan dément tout lien avec l’EI

    © AFP 2017 Ozan Kose
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    26343

    Bilal Erdogan, un des fils du président turc, se dit innocent et nie toute implication de sa famille dans le trafic de pétrole de Daech.

    Bilal Erdogan, 35 ans, l'un des quatre enfants du président turc Recep Tayyip Erdogan, nie être impliqué dans l'achat illégal de pétrole au groupe Daech (Etat islamique). "Nous avons une compagnie de BTP. Nous construisons des bureaux à Istanbul. Nous ne faisons pas d'affaires dans la méditerranée, en Syrie ou en Irak", a-t-il déclaré au Corriere della Sera.

    Combattant de l'EI, l'image d'ilustration
    © AP Photo/ Raqqa Media Center of the Islamic State group
    A la question de savoir si la compagnie de son frère Burak pourrait être impliquée dans le trafic de pétrole, Bilal a répondu que celui-ci possédait une compagnie de transport mais que ses poids lourds ne pouvaient pas être utilisés pour transporter du pétrole.

    Bilal Erdogan vit en Italie depuis l'année dernière avec sa famille et son épouse. Certains l'ont accusé d'avoir fui un scandale de corruption le concernant. Il nie là aussi toute malversation et explique qu'il se trouve à Bologne pour terminer un doctorat.

    La semaine dernière, Moscou a présenté des preuves démontrant que sa famille tirait profit du trafic de pétrole extrait de territoires contrôlés par l'EI. Les images satellitaires présentées par le ministère russe de la Défense montrent des convois de camions-citernes allant vers la Turquie en provenance des territoires contrôlés par l'EI.

    Fin novembre, le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a déclaré qu'un des fils du président turc pouvait être impliqué dans le trafic de pétrole syrien. C'est pour protéger les intérêts de cette compagnie, selon lui, que la Turquie a abattu l'avion Su-24 russe en Syrie. Son homologue russe Sergueï Lavrov fait ressortir que l'incident du Su-24 a eu lieu après les frappes russes contre les champs pétroliers de Daech.

    Le bombardier russe Su-24 a été abattu par un F-16 turc le 24 novembre en territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Cet acte a été qualifié de "coup dans le dos" par le président russe Vladimir Poutine.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    La famille Erdogan éclaboussée par le pétrole de Daech
    Pétrole de Daech: les médias turcs passent sous silence les révélations de Moscou
    Les Rockefeller de Raqqa: le business du pétrole de Daech mis à nu
    Tags:
    contrebande, pétrole, Etat islamique, Bilal Erdogan, Syrie, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik