Ecoutez Radio Sputnik
    chawarma

    Syrie: le gouvernement crée un impôt sur le kébab

    © AP Photo / Abdullah Ekinci
    International
    URL courte
    5513
    S'abonner

    Ces rentrées d'argent sont indispensables pour le régime qui a vu ses recettes se réduire comme peau de chagrin.

    Le gouvernement syrien impose le chawarma afin de remplir le trésor public vide après quatre ans de guerre civile, annonce le quotidien The Guardian.

    Selon ce dernier, depuis que les autorités ont perdu le contrôle de la majeure partie de ses ressources  pétro-gazières et continuent de subir les sanctions interdisant les exportations, la devise nationale s'est effondrée, réduisant au minimum les revenus des Syriens.

    "La semaine dernière, j'ai dû payer mon chawarma 220 livres syriennes (LS=1 dollar) au lieu de 200 (0,91 dollar) et le restaurateur m'a expliqué qu'il y avait une nouvelle taxe de 10 % pour "la reconstruction", imposée sur chaque sandwich", témoigne Tahsine, un fonctionnaire de 50 ans, habitant Damas.

    Le journal annonce également que le ministère syrien du Tourisme a décidé que les restaurateurs devaient payer une taxe en fonction du nombre de chaises dans leur établissement. Par ailleurs, le prix du pain, qui était subventionné, a augmenté à trois reprises en 2014, ainsi que ceux de l'eau et de l'électricité.

    Ces rentrées d'argent sont indispensables pour le régime qui a vu ses recettes se réduire comme peau de chagrin. "Il dispose de moins en moins de devises, les recettes se sont taries, l'effort de guerre se fait plus lourd, et ses deux principaux bailleurs de fonds, la Russie et l'Iran, connaissent leurs propres difficultés financières", explique  Jihad Yazigi, rédacteur en chef de l'hebdomadaire économique en ligne The Syria Report.

    La preuve la plus tangible de ces difficultés est la chute de la monnaie: le dollar s'échange aujourd'hui à 390 LS contre 240 LS il y a un an, et la majorité des changeurs à Damas le prévoient à 500 LS en début d'année prochaine.
    Auparavant, il a été annoncé que la Russie et la Syrie négociaient la non-imposition de produits syriens.

    Lire aussi:

    La Syrie s'enfonce dans la crise humanitaire
    Sondage: le terrorisme en Syrie cause la crise migratoire en Europe
    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Tags:
    impôt, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik