International
URL courte
Crise migratoire (789)
75314
S'abonner

Après de nombreux cas de jeunes femmes victimes de harcèlements et d’abus sexuels de la part de migrants, la commune danoise de Thisted a décidé qu'il était temps de prendre des mesures d'urgence.

En novembre, dans la ville danoise de Thisted, un centre de crise pour les réfugiés a été ouvert. Et, selon les autorités communales, il est déjà devenu source de problèmes, annonce la chaine de télévision danoise TV 2.

Il s'agit notamment de la vie nocturne où des affrontements permanents entre les habitants de la commune et des réfugiés ont lieu, lorsque ces derniers attaquent et harcèlent les jeunes femmes, a déclaré le chef du département de la famille et des mineurs Lars Sloth.

"Nous reconnaissons que la commune a des problèmes liés au fait que de nombreuses femmes sont victimes de harcèlement et d'abus de la part des réfugiés se trouvant dans la ville", a-t-il indiqué.

TV 2 a interrogé les employés de la branche locale des "Corbeaux de la nuit" — une organisation de bénévoles qui se promènent la nuit pendant le week-end de façon visible et disponible pour le public, prévenant la violence et les comportements anti-sociaux. Et ils ont déclaré que le nombre de jeunes femmes qui ne se sentaient pas en sécurité la nuit hors de leurs domiciles a augmenté considérablement.

D'après M. Sloth, l'une des mesures que la municipalité envisage de prendre est un programme d'éducation des réfugiés concernant les lois danoises dans le domaine sexuel.

Selon la direction de la commune, cette initiative permettra d'éviter l'escalade des tensions.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

L'Allemagne en émoi suite aux agressions sexuelles de Cologne
Agressions de Cologne: la police réduite au silence
Un bar autrichien se dit fermé pour les réfugiés
Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
Tags:
migrants, crise migratoire, réfugiés syriens, réfugiés, conflit, abus sexuel, harcèlement, Denmark
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook