International
URL courte
33323
S'abonner

Des assaillants armés ont mené vendredi soir une attaque sur un restaurant et un hôtel de Ouagadougou prisés par des Occidentaux, faisant au moins une vingtaine de morts et prenant des otages.

L'attaque a été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) moins de deux mois après une attaque similaire perpétrée dans la capitale malienne, Bamako.

Libération des otages de l'hôtel Radisson à Bamako
© AP Photo / Harouna Traore
Des tirs nourris et des détonations ont éclaté vers 19h45 locales dans le secteur de l'hôtel Splendid et du restaurant Cappuccino voisin. Les coups de feu auraient été tirés par trois hommes armés et enturbannés, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Des témoins indiquent des tireurs se sont retranchés ensuite à l'intérieur de l'hôtel qui compte 147 chambres, avec des otages. Avant 02h00 locales, les forces de sécurité ont lancé l'assaut contre l'hôtel Splendid, a fait savoir l'ambassadeur de France, Gilles Thibault.

"Les différentes composantes des forces armées et de sécurité se sont réparti les missions", a-t-il indiqué sur sa page Tweeter.

Vers 04h30 GMT, le ministre burkinabé des Affaires étrangères Alpha Barry a annoncé que 30 personnes avaient pu sortir "saines et sauves" de l'hôtel et que 33 blessés avaient été évacués lors de l'assaut.

Le directeur du principal hôpital de Ouagadougou a pour sa part fait état d'un premier bilan global d'au moins "une vingtaine de morts".

L'opération de vendredi survient un peu moins de deux mois après celle de l'hôtel Radisson Blu à Bamako. Le 20 novembre, une attaque djihadiste avait fait 20 morts dont 14 étrangers dans la capitale malienne.

Lire aussi:

Le spectre de Daech plane sur l'Afrique
Le Mali appelle Vladimir Poutine à l'aide
Mali: une dizaine de jihadistes "neutralisés" par les forces françaises
Prise d'otages au Mali: reportage exclusif à 200 mètres de l'hôtel
Tags:
assaut, libération, djihadisme, hôtel, prise d'otages, attentat, terrorisme, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Alpha Barry, Gilles Thibault, Burkina Faso
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook