Ecoutez Radio Sputnik
    Nestlé

    Nestlé admet l'esclavage en Thaïlande

    © AFP 2019 Fabrice Coffrini
    International
    URL courte
    17528

    L'entreprise suisse Nestlé a été applaudie pour avoir admis que le travail forcé était utilisé dans l'industrie de la pêche en Thaïlande mais, pour le reste, sa chaîne d'approvisionnement demeure dans l'ombre.

    Nestlé, l'un des principaux acteurs de l'agroalimentaire mondial, n'a pas hésité à affirmer que suite à une investigation spéciale, l'utilisation du travail forcé dans sa chaîne d'approvisionnement en Thaïlande avait été confirmée. Ainsi, les consommateurs achetaient des produits éclaboussés de sang et de sueur des pauvres, non payés et maltraités.

    En dénonçant le fait que ses clients ont pu se procurer des biens produits dans des conditions de travaux forcés, l'entreprise annonce se diriger vers une nouvelle ère de contrôle de ses chaînes d'approvisionnement, rapporte le Guardian.

    Mais qu'a dénoncé précisément cette enquête réalisée pendant une année entière? En particulier, elle a confirmé que l'industrie de la pêche en Thaïlande était marquée par le travail forcé, par la traite d'êtres humains, ainsi que par le travail servile voisinant l'esclavage dans la production de nourriture pour chats de la marque Fancy Feast, une filiale de Nestlé.

    L'entreprise Nestlé a d'ailleurs fait savoir que toute autre société qui se fournit auprès de pêcheurs thaïlandais pourrait courir le même risque lié à l'esclavage lors de la production de ses produits.

    L'enquête a été réalisée par l'organisation Vérité qui s'emploie à aider diverses entreprises dans l'établissement ainsi que l'amélioration de la transparence de leurs chaînes d'approvisionnement.

    Lire aussi:

    Inde: le gouvernement demande 90 M EUR à Nestlé
    Inde : Nestlé va détruire 45 millions d'euros de nouilles
    Russie: Nestlé dans la tourmente de la grogne syndicale
    Téhéran explique les raisons de sa saisie du pétrolier britannique
    Tags:
    esclavage, Nestlé, Thaïlande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik