Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers belges

    Face à la radicalisation, la Belgique renforce ses effectifs de police

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    Menace terroriste en Europe (341)
    558
    S'abonner

    Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation, le gouvernement belge annonce la création de 1.000 postes supplémentaires dans les forces de l’ordre d'ici 2019.

    La Belgique augmentera les effectifs de la police et de la Sûreté de l'Etat de 1.000 agents dans les quatre années à venir afin de combattre le terrorisme et de prévenir la radicalisation, a annoncé vendredi le ministre belge de l'Intérieur Jan Jambon. 

    "Près de 300 officiers de police supplémentaires seront embauchés dès 2016 et plus de 500 agents en 2017", a déclaré M.Jambon, en présentant en conseil des ministres le plan fédéral de lutte contre la radicalisation.  

    Et d'ajouter que, côté matériel, 260 caméras seraient installées sur les autoroutes et les images récoltées seraient traitées et analysées par plus de 200 personnes embauchées et formées à cet effet. 

    Désormais, la police belge se verra confier des missions de renseignement et de surveillance de lieux et de personnes suspectées de radicalisation ou susceptibles de se radicaliser.

    Au lendemain des attentats de Paris en novembre dernier, le ministre belge de l'Intérieur avait promis de "faire le ménage à Molenbeek", commune bruxelloise connue pour être un terreau de radicalisation. 

    M.Jambon avait déclaré à l'époque qu'il allait reprendre personnellement en main le dossier de la lutte contre la présence de terroristes dans cette commune et plus généralement en Région bruxelloise.

    Bien des habitants de Molenbeek sont originaires du Maroc, et trois des sept kamikazes, auteurs des attentats du 13 novembre à Paris, y avaient également séjourné.

    Pour réaliser ce plan anti-radicalisation, l'Etat investira 11,2 millions d'euros en 2017, notamment dans les outils informatiques à la base de la récolte et de l'analyse du renseignement de sécurité. Le gouvernement attache une importance majeure à la lutte antiterroriste. 

    "Il y a manifestement, contre l'Europe, une organisation qui a décidé de semer la terreur, de semer le drame, et nous devons réagir, préventivement, mais aussi de manière répressivement", a martelé le premier ministre belge Charles Michel.

    A l'heure actuelle, la police fédérale belge qui traite les dossiers liés aux attentats emploie 15.000 agents. Les effectifs de la police locale ou municipale dépassent 30.000 personnes.

    Dossier:
    Menace terroriste en Europe (341)

    Lire aussi:

    Radicalisation: l'UE crée un système d'alerte
    Une musulmane radicale condamnée à 18 mois de prison en Belgique
    Face à la menace terroriste, la Belgique modifie sa Constitution
    Tags:
    ministre, lutte antiterroriste, terrorisme, Jan Jambon, Charles Michel, Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles, Maroc, Belgique, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik