International
URL courte
Chute des prix du pétrole (2016) (171)
23925
S'abonner

L'effondrement du prix du pétrole a eu pour effet une brusque diminution des travaux de forage. A la fin de janvier, le nombre de puits en exploitation a atteint son plus bas de novembre 2002.

Selon les données de l'entreprise de services et équipements pétroliers Baker Hughes, il n'en reste que 1.891. Par rapport à la mi-2014, période à laquelle le prix du baril a pour la dernière fois dépassé les 100 dollars, le forage a reculé de 50%.

Parmi les trois premiers producteurs de pétrole, les Etats-Unis sont les plus concernés. En 18 mois, plus d'un millier d'équipes de forage a cessé d'exister. A la fin de janvier, leur nombre atteignait le minimum de 1999 et l'excédent des capacités a provoqué l'effondrement des prix de service des puits.

En Afrique, seuls 94 puits restent en exploitation (une diminution de 30%), 193 en Asie (-23%), 108 en Europe (-28%) et 243 en Amérique latine (-39%).

Les membres de l'OPEP n'ont pas échappé à la tendance générale. Ravagée par la guerre civile, la Libye a arrêté presque complètement de forer. Une seule équipe de forage travaillait à la fin janvier dans ce pays dont les réserves sont évaluées à 48,5 milliards de barils.

La situation est similaire en Equateur et au Mexique. En Irak, il y a deux fois moins de puits qu'à l'été 2014. 

Pourtant, la situation est tout à fait différente dans certains autres pays.

le président du Venezuela Nicolas Maduro
© REUTERS / Miraflores Palace/Handout via Reuters
Ainsi, les producteurs du Proche-Orient dans leur ensemble sont parvenus à maintenir le nombre de puits à la hauteur du milieu de 2014. Fin janvier, on recensait dans la région 407 puits, soit autant qu'en avril 2014.

De nouveaux puits ont été forés en Arabie saoudite. Saudi Aramco a porté leur nombre à 124 (une augmentation de 26% par rapport à avril 2014).

La production dans ce pays a atteint plus de 10 millions de barils, en décembre 2015, contre 9,6 millions en 2014 (+5%).

Oman a porté son nombre de puits de 58 à 70 et le Koweït, de 34 à 40.

 Les Emirats arabes unis, où l'augmentation est de 60%, comptent désormais 48 équipes de forage qui produisent régulièrement environ 2,8 millions de barils par jour. Le Venezuela conserve quelque 70 puits depuis avril 2014, malgré une violente crise économique, l'inflation époustouflante et la pénurie du papier hygiénique.

Le ministre vénézuélien du Pétrole et des Mines Eulogio del Pino est en train d'achever sa tournée des pays producteurs. Son déplacement a pour objectif de les convaincre de diminuer leur production afin de maintenir les cours.

Ce week-end, il a rencontré son homologue saoudien Ali al-Naimi. Le Vénézuélien a qualifié les négociations de constructives sans cependant évoquer aucun accord. 

Selon l'estimation de l'OPEP, l'offre excédentaire du pétrole constitue à l'échelle mondiale 1,4 millions de barils par jour.


Dossier:
Chute des prix du pétrole (2016) (171)

Lire aussi:

On mise de nouveau sur le pétrole
Obama propose une taxe de dix dollars par baril de pétrole
Les prix bas du pétrole, une malédiction pour l’économie mondiale
Tags:
Ali al-Naïmi, chute, forage, prix du pétrole, OPEP, Eulogio del Pino, Ali Abou Lihaya, Venezuela, Proche-Orient, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook