Ecoutez Radio Sputnik
    Pentagone clôture

    Course aux armements: face à la Russie, les USA tirent les premiers

    © Flickr/ Kevin Harber
    International
    URL courte
    1007117

    Washington s'apprête à augmenter le budget militaire alloué à l'Europe de l'Est, au risque de provoquer une nouvelle dégradation des relations avec Moscou.

    Les Etats-Unis ont tiré le "premier coup" dans la course aux armements avec la Russie, ce qui risque d'influer négativement sur l'avenir de l'Europe, écrit Mary Dejevsky dans le quotidien britannique The Guardian.

    La semaine dernière, le chef du Pentagone Ashton Carter a déclaré que les Etats-Unis quadrupleraient le programme d'aide à leurs alliés européens en 2017 "en réponse à l'agression russe en Europe de l'est et dans le monde entier". Le budget destiné à la lutte contre l'Etat islamique n'augmentera en revanche que de 50%.

    "Le message est univoque: du point de vue du Pentagone, la menace émanant de la Russie est devenue, et soudainement, plus aigüe que celle émanant de l'EI", note la journaliste.

    Il se peut que les propos concernant l'augmentation des dépenses et le renforcement militaire ne soient qu'un "os à ronger" pour les pays européens en prévision du sommet de l'Otan prévu pour juillet, et qu'ils soient donc oubliés sous peu. Mais s'ils s'avèrent réels, le moment choisi pour les prononcer est des plus inopportuns.

    "En s'apprêtant à augmenter leurs dépenses de la sorte, les Etats-Unis envoient à la Russie des signaux hostiles au moment où ils ont le moins de fondements pour cela", estime Mme Dejesvky.

    En effet, la guerre dans l'est de l'Ukraine s'est quasiment résorbée, et rien ne prouve le soutien de la Russie aux miliciens du Donbass. Les accords de Minsk, en revanche, ont toutes les chances d'être réalisés. Quant aux autres dossiers internationaux, la participation russe au conflit syrien a contribué à remettre sur les rails le processus diplomatique. La mise en pratique des ententes nucléaires avec l'Iran aurait été impossible sans le soutien de Moscou. Malgré tout, les Etats-Unis envisagent d'armer la Pologne et d'autres nouveaux membres de l'Otan, selon elle.

    Les activités de Washington auront deux conséquences interdépendantes. Premièrement, les Etats-Unis ont de facto déclaré qu'ils étaient prêts à assurer la sécurité des pays d'Europe de l'est. Cela veut dire que ces Etats n'auront plus aucune motivation afin de rétablir leurs relations avec la Russie. Qui plus est, Washington poussera Moscou à se préoccuper encore davantage de sa sécurité et provoquera une nouvelle aggravation des relations bilatérales, processus appelé jadis "course aux armements".

    Deuxièmement, les démarches des Etats-Unis signalent que l'Europe pourrait de nouveau fermer les yeux sur sa dépendance dans le domaine militaire, alors qu'elle devrait plutôt s'appuyer sur ses propres forces. Il y a peu, les autorités européennes ont semblé comprendre qu'il était temps de se comporter "en adultes" en matière de sécurité. Mais à présent, les pays européens retournent à leur ancienne approche: ils espèrent que les Etats-Unis les sortiront d'affaire en tout état de cause, estime l'auteur de l'analyse. 

    Lire aussi:

    Ce que pense Poutine de la course aux armements
    Les USA vont muscler leur présence militaire en Europe
    L'Otan déçoit l'Europe qui perd patience
    La Troisième guerre mondiale commencera dans l'espace
    Tags:
    course aux armements, défense, Ashton Carter, Europe de l'Est, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik