International
URL courte
24733
S'abonner

A une vitesse record, la Turquie a détruit son image de "pays modèle" auprès des Etats arabes. Les pays frontaliers ont déjà prévenu qu’en cas d’intervention turque en Syrie, Ankara ne pourrait pas compter sur leur soutien et envoient à Ankara un signal d’alarme, rappelle un ancien ambassadeur turc.

La situation qui règne aujourd'hui dans la politique étrangère et intérieure turque ressemble à un cyclone, estime l'ancien ambassadeur turc aux Etats-Unis Faruk Logoglu.

"J'estime que la Turquie est progressivement entraînée dans une guerre par des forces provenant de l'intérieur du pays, et non pas de l'extérieur, il faut en être conscient", a indiqué l'ancien diplomate turc dans une interview accordée à Sputnik.

Par ailleurs, selon Faruk Logoglu, la Turquie n'a pas de raisons légitimes d'entrer en guerre en Syrie, car le conflit dans ce pays ne représente pas de menace directe pour Ankara.

Récemment, le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a annoncé que la Ligue arabe, qui compte 22 membres, ne soutiendrait pas les actions de la Turquie au Proche-Orient, déclaration qui devrait servir de "signal d'alarme" pour Ankara, estime M. Logoglu.

Le diplomate turc fait également remarquer que les acteurs régionaux ont plusieurs griefs envers la Turquie, notamment le déploiement de l'armée turque dans le nord de l'Irak l'année dernière. Parmi les causes de ce mécontentement, M. Logoglu cite tout d'abord le facteur historique: depuis l'Empire ottoman, Ankara cherche à affirmer son leadership face aux autres pays arabes. En outre, la Turquie, perçue encore récemment par d'autres pays de la région comme un modèle en matière de relations avec l'Occident aussi bien qu'en termes politique intérieure, a cessé de l'être, considère l'ancien ambassadeur.

"Ce qui est en train de se produire en Turquie ressemble à une tornade qui touche tout le pays. Et son épicentre est très proche", conclut l'ancien diplomate turc.

Un nombre croissant de pays tournent le dos à Ankara. Dernièrement, les diplomates européens ont prévenu la Turquie qu'en cas de conflit avec la Russie, Ankara ne pourrait pas compter sur un soutien de l'Otan. Commentant cette déclaration, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn a indiqué que l'Otan ne pouvait pas se permettre d'être entraînée dans l'escalade militaire entre les deux pays.

Lire aussi:

Les avions de l'armée de l'air saoudienne arrivent en Turquie
Migrants: l'UE veut sécuriser ses frontières avec la Turquie
Attentat d'Ankara: la Turquie accuse les Kurdes
La Turquie accusée d’avoir brûlé vifs 150 Kurdes
Tags:
intervention, Ligue arabe, Faruk Logoglu, Ankara, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook