Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    L'intérêt de Riyad pour l'arme nucléaire inspire des craintes

    © AFP 2017 Hassan Ammar
    International
    URL courte
    18856

    L'intérêt de l'Arabie saoudite pour l'arme nucléaire ne fait aucun doute, estime Alain Rozenkier, président du mouvement La Paix Maintenant en France.

    "Il est peut-être un peu prématuré de considérer que l'Arabie saoudite soit dotée de la puissance nucléaire. Ceci étant, on sait que depuis très longtemps ce pays s'intéresse au nucléaire. On peut noter plusieurs éléments à ce sujet qui viennent conforter cet intérêt. D'une part, il existe depuis 1988 un institut de recherche sur l'énergie atomique. On sait que l'Arabie saoudite dispose de quatre laboratoires au moins qui sont à même de travailler sur le plutonium enrichi", a déclaré Alain Rozenkier dans une interview à l'agence Sputnik.

    Il a rappelé que l'Arabie saoudite avait versé plusieurs milliards de dollars à l'Irak lorsque ce dernier tentait de développer une bombe atomique en 1985. Mais l'hypothèse la plus crédible aux yeux des observateurs, c'est la coopération avec le Pakistan.

    "On sait qu'en 1998 l'Arabie saoudite avait fourni plusieurs milliers de barils de pétrole gratuitement au Pakistan lorsque celui-ci avait réalisé un essai nucléaire en réponse à l'explosion qui avait été réalisée par l'Inde. Et probablement, du côté du Pakistan qui est le plus avancé sur le plan nucléaire, on peut supposer que l'Arabie saoudite dispose d'un droit de tirage sur une capacité nucléaire", a indiqué l'expert.

    "Donc, même s'il est prématuré de considérer que les choses sont faites, l'intérêt de l'Arabie saoudite pour le nucléaire est un intérêt qui n'est pas contestable et qui n'est pas récent", a déclaré Alain Rozenkier.

    D'après lui, vu les rivalités entre l'Arabie saoudite et l'Iran, on pouvait s'attendre à ce que Riyad ne reste pas les bras croisés après la signature de l'accord sur le nucléaire iranien et qu'il ne se laisse pas devancer dans ce domaine par Téhéran.

    "Ce qui est clair, c'est qu'on voit à quel point la région du Moyen Orient devient un peu un baril de poudre: il y a le conflit israélo-palestinien, il y a le conflit avec les Syriens, il y a la concurrence entre l'Iran et l'Arabie saoudite. Et il est clair qu'il peut y avoir des évolutions qui ne seront pas maîtrisées par la communauté internationale", estime le président de La Paix Maintenant en France.

    Selon lui, à chaque instant, "il peut se produire des choses". 

    ​"Malheureusement, on voit que ceux qui en paient le prix pour l'instant, ce sont majoritairement les populations civiles. Effectivement, si on n'arrive pas à une position commune de la communauté internationale, et dans ce cadre-là la Russie a un rôle à jouer, les puissances arriveront toujours à trouver une faille qui leur permettra de développer un danger nucléaire", conclut Alain Rozenkier.

    Lire aussi:

    Nucléaire: Riyad met en garde Téhéran
    Bientôt une bombe nucléaire pour l’Arabie saoudite ?
    L’Arabie saoudite pourrait fabriquer une bombe nucléaire
    Tags:
    nucléaire, Alain Rozenkier, Pakistan, Arabie Saoudite, Iran, Inde, Irak, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik