International
URL courte
56834
S'abonner

La majorité des Américains s'attribuent le rôle principal dans la lutte contre le groupe terroriste Daech, selon un sondage récent "Sputnik. Opinions". Pourquoi? Merve Önenli Güven, experte en matière de sécurité et directrice du Centre d'études de la lutte contre le terrorisme revient sur ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik.

D'après les résultats du sondage réalisé par l'institut britannique Populus pour l'agence d'information internationale Sputnik, 80% d'Américains croient que les Etats-Unis sont la force majeure dans le combat contre Daech en Syrie, alors que 25% d'entre eux reconnaissent le rôle de la Russie, 29%, celui du Royaume-Uni et 36%, celui de la France.

Les USA, acteur principal en Syrie

La perception de Washington en tant qu'acteur principal en Syrie pourrait s'expliquer par l'idée américaine particulière de la sécurité et du rôle que les Etats-Unis jouent dans son maintien. L'Europe, déjà depuis l'époque de la guerre froide, est d'avis qu'il n'y a de sécurité que sous l'égide de l'Amérique, et les menaces d'aujourd'hui, telles que les combats en Syrie ou la crise migratoire, renforcent davantage cette perception européenne, indique Mme Güven à Sputnik.

"L'analyse des déclarations faites par le gouvernement américain montre que, vu les positions renforcées de la Russie au Proche-Orient, les Etats-Unis préfèrent une politique mûrie de compromis à la confrontation. Et cela est probablement une raison de plus pour les Européens de considérer les USA comme le maître du jeu dans les négociations sur la crise syrienne".

Une Europe qui est à la traîne

Le sondage a d'ailleurs démontré que l'Europe n'est pas perçue en tant que force puissante dans la lutte anti-Daech, mais l'analyste souligne qu'après les attentats et l'afflux de migrants, les pays européens se sont engagés plus énergiquement dans le règlement du conflit.

Un autre facteur important concerne la présence en Europe de combattants qui ont grossi les rangs de Daech.

"Nous voyons la jeune génération rejoindre, en particulier, le groupe terroriste Daech et partir combattre en Syrie. Dans ce contexte, une perception particulière se forme au sein de la population selon laquelle l'Europe est une région que soutient grandement les extrémistes au lieu de les combattre", explique l'interlocutrice de Sputnik. "Probablement, les Européens croient, qu'à la place de participer activement dans les combats en Syrie, leurs gouvernements devraient plutôt se focaliser sur la sécurité intérieure".

L'armée syrienne et les milices kurdes devant

Ensuite, l'armée gouvernementale syrienne et les milices kurdes d'autodéfense figurent elles aussi parmi les acteurs puissants dans la lutte antiterroriste, d'après le sondage. Ainsi, l'armée syrienne a réussi à rétablir ses positions dans la crise, apparemment grâce à l'appui de la Russie.

"Lorsque les affrontements en Syrie ont commencé, les troupes gouvernementales étaient l'un des principaux acteurs dans la région, mais elles ont perdu de leur force. Aujourd'hui, les troupes d'Assad sont parvenues à rétablir leurs positions grâce à l'aide des forces russes. Et nous voyons que la stratégie initiale des Etats-Unis prévoyant un règlement sans la participation d'Assad a été transformée en un plan qui prévoit au contraire sa participation aux négociations", précise Mme Güven.

Quant aux Kurdes syriennes, ils jouent un rôle de plus un plus important dans la lutte antiterroriste, ce qui n'a pas tardé à se refléter sur l'opinion publique européenne.

"Les Kurdes sont désormais considérés comme une force importante et un acteur puissant dans la région", résume l'experte.

Lire aussi:

Des armements pour les terroristes acheminés en continu de Turquie vers la Syrie
Entretien sur la Syrie: Poutine prié d'exercer son influence
Quel est le rôle de Moscou dans la trêve en Syrie?
Syrie, un drame total
La trêve en Syrie compromet les plans d'Ankara
Tags:
crise syrienne, armée, Kurdes, Etat islamique, Russie, Europe, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook