Ecoutez Radio Sputnik
    Amérique centrale vue de l'espace

    Des débris spatiaux auraient endommagé un satellite de recherche japonais

    © Photo. NASA/Barry Wilmore
    International
    URL courte
    862
    S'abonner

    Le Japon souhaitait obtenir des réponses sur les mystères de l'Univers mais a perdu tout contact avec son satellite à rayons X Hitomi (ASTRO-H).

    L'Agence d'exploration aérospatiale japonaise a perdu le contact avec son satellite à rayons X Hitomi (ASTRO-H) envoyé dans l'espace en février 2016, annonce le site Nature.

    L'état de Hitomi demeure pour le moment incertain, selon les représentants de l'Agence d'exploration aérospatiale japonaise. Cependant, les militaires du Centre des opérations cosmiques ont réussi à localiser le satellite à rayons X et ont également remarqué dans son rayon immédiat cinq objets ressemblants à des débris.

    Les recherches effectuées indiquent que l'observatoire serait entré en collision avec des débris spatiaux et n'aurait pas explosé, comme l'avaient supposé certains experts.

    L'Agence d'exploration aérospatiale japonaise a perdu le contact avec son nouveau satellite à rayons X Hitomi (ASTRO-H), le 26 mars. Depuis, l'organisation n'a réussi à obtenir aucun signal du satellite. Les spécialistes continuent cependant de chercher à rétablir le contact avec l'appareil.

    L'observatoire Hitomi, appelée auparavant ASTRO-H, est destiné à la recherche des rayons X de différents objets cosmiques, dont les trous noirs, les amas de galaxies et la matière noire.

    L'appareil embarque 200 miroirs de recueil et concentration des rayons X vers des instruments de dernière génération.

    Lire aussi:

    Un satellite météorologique de l'aviation US s'est égaré
    Armes hypersoniques: Russie et USA au coude-à-coude
    Les scientifiques dévoilent le mystère des aurores boréales sur Jupiter
    Titan, un paradis pour les compagnies pétrolières
    Tags:
    Agence spatiale du Japon (JAXA), débris spatiaux, rayons X, espace, satellite, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik