International
URL courte
5515
S'abonner

Située dans le sud de la Turquie, la ville de Gaziantep est devenue, au cours de ces derniers mois, le plus grand centre de vente illicite d'objets syriens d'héritage culturel détournés par les islamistes de Daech.

La principale route des trafiquants d'antiquités syriennes et irakiennes passe par le territoire turc. Le plus grand centre de vente illicite d'objets d'héritage culturel est la ville turque de Gaziantep, où les pièces de valeur se vendent dans des enchères clandestines, indiquait le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, Vitali Tchourkine, dans une lettre récemment adressée au Conseil de sécurité des Nations unies.

Pourquoi Gaziantep? Dans un entretien à Sputnik, Eyüp Ay, archéologue et professeur à l'université locale donne une explication.

"Premièrement, la tradition de la collection est très développée dans la couche riche de la population de Gaziantep, ce qui favorise naturellement l'augmentation du volume de ventes illicites de différents artefacts historiques et objets de valeur culturelle. Deuxièmement, le musée de Gaziantep a malheureusement embauché par le passé des personnes ayant un passé criminel et impliquées dans le trafic", estime l'expert.

Et d'ajouter que "la police et la gendarmerie ici à Gaziantep, comme partout en Turquie, est impliquée d'une manière ou d'une autre dans la contrebande. Réunis, ces trois facteurs donnent une explication".

A la question de savoir si l'Etat adoptait des mesures pour combattre le commerce illicite de pièces d'art et archéologiques, Eyüp Ay a répondu que malgré de nombreux rapports présentés par les spécialistes, aucune mesure n'avait suivi.

"Bien que les sanctions à l'encontre des trafiquants soient bel et bien définies par la loi, elles ne sont pas appliquées à l'encontre de contrebandiers impliqués dans la vente d'objets d'antiquité. Les lois ne sont pas respectées. Et il ne s'agit pas uniquement d'héritage culturel. Depuis un ou deux ans, la frontière turque est le théâtre d'un trafic de personnes, de véhicules, d'armes et d'autres objets, sans mentionner le passage de la frontière par les terroristes", s'indigne l'archéologue.

Gaziantep, plaque tournante du trafic d’antiquités syriennes
© Sputnik
Gaziantep, plaque tournante du trafic d’antiquités syriennes

Lire aussi:

Pétrole de Daech: le commerce de la honte pour la Turquie
Daech achète des composants d'explosifs en Turquie et en Irak
300 sites archéologiques affectés par le conflit en Syrie
Avant et après Daech: les photos déchirantes de Palmyre
Tags:
trafic, antiquités, ONU, Etat islamique, Vitali Tchourkine, Gaziantep, Turquie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook