Ecoutez Radio Sputnik
    les chars US

    Les Tchèques peu disposés à saluer les chars US sur leur territoire

    © AFP 2017 Karim Sahib
    International
    URL courte
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)
    6881

    La nouvelle selon laquelle un convoi militaire américain traversera fin mai la République tchèque en se rendant de l'Allemagne aux pays baltes ne fait pas l’unanimité parmi les Tchèques. Pourquoi cela? Un député social-démocrate en explique les raisons.

    Annoncée par le ministre de la Défense, Martin Stropnický, cette nouvelle n'a pas été accueillie avec enthousiasme par tous les Tchèques. Il ne s'agit que d’une nouvelle tentative de montrer les muscles, car aucune menace extérieure ne pèse sur le pays, a déclaré Jaroslav Foldyna, député du Parti social-démocrate (ČSSD) au parlement tchèque, dans une interview à l'agence Sputnik.

    Le char US M1A1 Abrams (Archives)
    Joseph A. Lambach, U.S. Marine Corps/ Wikipedia
    Le 27 mai, un convoi de chars américains devra traverser la République tchèque pour prendre part à l'exercice Saber Strike 2016 qui se déroulera dans les pays baltes. C'est la deuxième fois que la République tchèque accueillera un convoi de ce genre, le dernier ayant traversé ce pays en 2015.

    "Membre de l'Otan, la République tchèque est tenue d'offrir son territoire pour le transit de troupes étrangères. Le problème, c'est la façon dont ces marches sont présentées. On les utilise ouvertement à des fins politiques, comme un acte d'intimidation et une démonstration de force militaire", a indiqué Jaroslav Foldyna.

    A la question de savoir ce qu'il pensait de la déclaration de Martin Stropnický selon laquelle des militaires tchèques accompagneraient le convoi américain, le parlementaire a répondu que cette démarche ne ferait qu'alimenter les sentiments antirusses dans le pays.

    "Il ne faut pas exacerber les discordes avec la Russie, mais chercher à les atténuer. Aujourd'hui, le principal problème mondial ne consiste pas dans la confrontation entre la Russie et l'Otan, mais dans la xénophobie croissante, dans l'intolérance et la menace émanant pour le monde chrétien de la part des radicaux musulmans. C'est le plus grand danger que l'on puisse imaginer. Il faut coopérer avec la Russie et pas en faire une «menace militaire» pour l'Europe et le monde", a affirmé l'interlocuteur de l'agence.

    Le convoi américain se rendra dans les pays baltes pour prendre part à l'exercice baptisé Saber Strike. Selon lui, il ne faut pas être sorcier pour deviner contre qui cette "pique" sera dirigée.

    "Si la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie veulent accueillir des troupes étrangères sur leur territoire, c'est leur choix, leur libre-arbitre. Nous autres, Tchèques, ne craignons pas de menaces militaires extérieures, surtout pas la menace russe. Par contre, nous sentons vivement le danger terroriste qui vient des islamistes radicaux", a conclu le parlementaire tchèque.

    Dossier:
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)

    Lire aussi:

    L'Otan prête à déployer des troupes en Europe de l'Est et dans les pays baltes
    L'Otan veut être plus présente en Europe de l'Est
    L'Otan implante des commandements en Europe de l'Est
    Tags:
    transit, exercices militaires, OTAN, Martin Stropnický, Lettonie, Lituanie, Estonie, République tchèque, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik