Ecoutez Radio Sputnik
    Un orchestre symphonique russe donnera un concert à Palmyre

    Un orchestre symphonique russe donnera un concert à Palmyre

    © AFP 2019 ALEXANDER DROZDOV
    International
    URL courte
    9232
    S'abonner

    L'orchestre symphonique du théâtre Mariinsky jouera dans la ville antique de Palmyre, récemment libérée des djihadistes, rapporte le service de presse du théâtre.

    Le 5 mai 16h00 (heure Paris), l'orchestre symphonique du théâtre Mariinsky (Saint-Pétersbourg) dirigé par l'artiste du peuple de Russie Valeri Guerguiev donnera le concert "Prière pour Palmyre. La musique fait revivre la ville antique". D'après le communiqué de presse, le concert se tiendra dans le célèbre amphithéâtre de la "perle du désert".

    La ville de Palmyre a été envahie par l'Etat islamique le 21 mai 2015. Peu de temps après, les djihadistes ont commencé à détruire ce site historique inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.

    Fin mars, l'armée syrienne a pris d'assaut la ville. Lancée le 24 mars et soutenue par l'aviation russe, l'offensive des troupes de Damas s'est achevée le 27 mars avec la libération complète de Palmyre, la "perle" du désert syrien. Après sa libération, la Russie a envoyé sur les lieux ses experts pour procéder au déminage de nombreux explosifs, mines et bombes artisanales installés dans les endroits les plus inattendus de l'antique cité.

    Les experts syriens ont indiqué toutefois que la cité antique n'était pas définitivement perdue et qu'il était possible de restaurer au moins 70 à 80 % des monuments endommagés par les djihadistes. Les travaux pourraient prendre de 3 à 5 ans.

    Lire aussi:

    Une seconde Légion d'honneur pour le soldat russe tombé à Palmyre
    Les sapeurs russes retrouvent un immense arsenal de Daech dissimulé à Palmyre
    Le héros russe tombé à Palmyre reçoit la Légion d'honneur d'un couple français
    L'Arc de triomphe de Palmyre ressuscité à Londres
    Tags:
    orchestre, Palmyre, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik