International
URL courte
9101
S'abonner

Après le sommet de l'Otan à Varsovie, le système démocratique sera démantelé et l'opposition opprimée, estime un ancien président de la Pologne.

Les gens tiennent les drapeaux européens et polonais lors d'une manifestation à Varsovie, Pologne, le 9 janvier 2016
© REUTERS / Kacper Pempel
Le pouvoir en place durcira sa politique après le sommet de juillet, selon Bronislaw Komorowski.

L'opinion publique européenne considère ce qui se passe en Pologne comme la rechute d'une maladie, estime l'ex-président polonais. "Pour la première fois (pendant la gouvernance du parti Droit et justice), le monde s'est dit: "Ça arrive". Mais aujourd'hui, malheureusement, l'opinion de la Pologne est telle que "ça arrive" régulièrement", a indiqué M. Komorowski.

"Je crains que ces deux évènements (le sommet de l'Otan début juillet et les Journées mondiales de la jeunesse à Cracovie, fin juillet, ndlr) ne serviront, du point de vue politique, qu'à la propagande de l'un des camps, qui l'utilisera en outre comme un écran de fumée pour poursuivre l'application de méthodes politiques radicales: oppression de l'opposition, démantèlement ultérieur du système démocratique et de l'Etat de droit", a déclaré l'ex-président à la chaîne de télévision TVN24.

Bronislaw Komorowski a été élu au poste de président polonais du parti libéral Plateforme civique en 2010. En 2015, il a cédé son poste à Andrzej Duda, représentant du parti Droit et justice (conservateur et eurosceptique).

 

Lire aussi:

La Pologne déplore n'être qu'une "zone tampon" pour l'Otan
Pologne: Duda souhaite renforcer le rôle du président en politique extérieure
Pologne: pas de bases permanentes de l'Otan en vue
Tags:
démocratie, Droit et justice, Bronislaw Komorowski, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik