Ecoutez Radio Sputnik
    Bundestag

    Génocide arménien: la résolution allemande, une manière de dire "stop" à Ankara

    © AP Photo / Gero Breloer
    International
    URL courte
    La reconnaissance et la négation du génocide arménien (72)
    29562

    Ce jeudi, le Bundestag, le parlement allemand, doit mettre au vote une résolution reconnaissant et condamnant le génocide arménien au niveau législatif. Ankara est furieux, principalement parce qu’il ne peut rien faire à ce sujet.

    La toute récente initiative allemande qui consiste à reconnaître le génocide arménien au niveau législatif a provoqué la colère du côté turc. Ainsi, le président turc Recep Tayyip Erdogan ne s’est pas retenu de menacer Berlin. Le premier ministre turc Binali Yildirim a apparemment suivi l’exemple, qualifiant le vote allemand d’"absurde".

    "Nous estimons ce vote absurde et sans motif. Ces événements ont eu lieu au cours de la Première Guerre mondiale… Nous déclarons ouvertement et clairement au monde que nous n’avons rien à cacher sur cette question. Nous croyons qu’il faut mener une étude approfondie à ce sujet pour révéler les fautes de chaque côté. Cependant, ce sont les historiens qui doivent le faire. Il est tout à fait trompeur de transformer ce sujet historique en un problème politique", a déclaré M. Yildirim aux journalistes ce mercredi.

    Il a également exprimé l'espoir que le Bundestag prenne en compte l'opinion des 3,5 millions de Turcs qui ont la citoyenneté allemande.

    Dans un entretien à Sputnik, Laurent Leylekian, analyste politique au sein de l'Observatoire arménien, a expliqué que pour l’Allemagne cette résolution était une manière de dire "stop" à la Turquie, qui utilise de plus en plus souvent la question des réfugiés comme levier pour influencer Ankara.

    "A mon avis, justement, cette résolution, c’est précisément dans l’autre sens qu’il faut la voir. C’est parce que la Turquie a pris trop d’importance, de puissance, a trop exercé ce genre de menace de rétorsion vis-à-vis de l’Allemagne sur la question des réfugiés. C’est une manière de dire +stop+, c’est un ras le bol exprimé vis-à-vis de la Turquie", a déclaré M. Leylekian.

    D’après lui, pour le moment, la Turquie est une puissance assez forte, mais son influence ne dépasse guère les pays qui se situent dans son environnement immédiat. Elle ne peut pas tout simplement faire arrêter Berlin, et c’est la raison de sa colère.

    "L’Allemagne et l’Europe dépendent de la Turquie pour les réfugiés, mais la Turquie a beaucoup besoin de l’Europe. La Turquie est forte, mais isolée. C’est un jeu où tout le monde se tient par la barbichette. Je pense que la Turquie n’a pas les moyens de se mettre à dos l’Allemagne", a conclu M. Leylekian.

    Le génocide arménien a été perpétré en 1878-1922 sur les territoires de l'Empire ottoman (la Turquie d’aujourd’hui), historiquement appelés Arménie occidentale (actuellement Anatolie orientale), peuplés à l'époque majoritairement par des Arméniens (65-75% de la population). Il a conduit à la mort de 1,5 million d'Arméniens et à l'éradication de la population autochtone des régions historiques d'Arménie occidentale.

    Nombre d'historiens en provenance de plus d'une vingtaine de pays, dont la France, l'Italie et la Russie, le parlement européen et le Conseil œcuménique des églises, ont reconnu le génocide. La Turquie affirme pour sa part qu'il s'agissait d'une guerre civile doublée d'une famine, au cours de laquelle 300.000 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs auraient trouvé la mort.

    Dossier:
    La reconnaissance et la négation du génocide arménien (72)

    Lire aussi:

    Le Bundestag en phase de reconnaître le génocide arménien, Ankara fulmine
    Le Bundestag en phase de reconnaître le génocide arménien
    Un Suédois condamné à la perpétuité pour le génocide au Rwanda
    Clooney et Aznavour rendent hommage aux victimes du génocide arménien
    Tags:
    rage, influence, colère, résolution, génocide arménien, Bundestag, Laurent Leylekian, Binali Yildirim, Turquie, Arménie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik