Ecoutez Radio Sputnik
    La police disperse une manifestation de protestation contre la Loi Travail à Bordeaux

    La France à 4 jours de l'Euro-2016: inondations, manifestations et menace d'attentat

    © AFP 2019 GEORGES GOBET
    International
    URL courte
    Menace terroriste en Europe (341)
    21112

    Alors que le coup d'envoi de l'Euro-2016 de football se rapproche, le président François Hollande a déclaré dimanche que la menace de nouveaux attentats en France existait. Or, c'est loin d'être tout: le pays est en proie à la plus importante inondation de cette dernière décennie ainsi qu'à des grèves et des protestations de masse incessantes.

    La menace d'attentats

    La menace d'attentats pendant l'Euro-2016 de football en France "existe", telle a été la déclaration faite dimanche par le président François Hollande.

    "Cette menace, elle vaut, hélas, pour un temps qui sera long. Donc il faut que l'on prenne toutes les garanties pour que cet Euro 2016 soit réussi", a-t-il déclaré.

    Plus tôt, il avait été annoncé que les principaux spécialistes européens en matière de sécurité estimaient que Daech projetait des attentats lors du championnat d'Europe UEFA de football. Afin de prévenir toute activité terroriste, le gouvernement français a renforcé les mesures de sécurité.

    Or, certains experts estiment que la mobilisation de 90.000 personnes pour la sécurité de l'Euro 2016 n'est pas suffisante, les extrémistes de Daech ayant changé de tactique.

    A moins d'un mois du coup d'envoi du championnat, le patron des services de renseignement français Patrick Calvar déclarait que la France pourrait à l'avenir être confrontée à "une nouvelle forme d'attaque: une campagne terroriste caractérisée par le dépôt d'engins explosifs dans des lieux où est rassemblée une foule importante, ce type d'action étant multiplié pour créer un climat de panique".

    Par ailleurs, le 4 juin, on apprenait que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) avait passé fin mai au crible 3.500 individus travaillant dans le secteur de la sécurité et recrutés pour l'organisation de l'Euro de football. Plus de 80 personnes se sont avérées être fichées dans la base de données Cristina (fichier français relatif au terrorisme, à l'espionnage et à tout ce qui a un rapport avec "l'intérêt de la nation").

    Les protestations contre la loi travail

    Depuis plusieurs mois, la France est en proie à des protestations de masse contre la réforme du Code du travail, qui dégénèrent des fois en accrochages avec la police.

    Des employés du secteur pétrolier, mais aussi de compagnies aériennes, d'aéroports, du métro parisien, de chemins de fer et d'autres transports en commun ont rejoint la grève, paralysant le trafic.

    Le 25 mai, le personnel des centrales nucléaires du pays avait rejoint la grève. Des coupures d'électricité ciblées ont eu lieu.

    Le championnat de football n'est pas une raison pour cesser les actions de protestation. D'ailleurs, la prochaine grève générale nationale est prévue pour le 14 juin.

    Les crues

    La situation s'est aggravée après qu'à l'issue de plusieurs jours de pluies exceptionnelles, la Seine est sortie de son lit. En raison des intempéries, tous les matchs programmés le 30 mai en huitièmes de finale de Roland-Garros ont été annulés. En outre, des musées, dont le Louvre, ont fermé leurs portes.

    Le trafic fluvial a été suspendu sur la Seine et celui de la ligne du RER C a été perturbé.

    Dossier:
    Menace terroriste en Europe (341)

    Lire aussi:

    Euro-2016: des individus fichés S parmi les agents de sécurité?
    L'équipe d’Espagne la plus chère de l'Euro 2016
    Euro 2016: une simulation d'attaque terroriste aura lieu à Nîmes
    Quelle est la cause des inondations dévastatrices en France?
    Quatre personnes sont mortes depuis le début des inondations en France
    Tags:
    loi Travail, menaces, transports, inondation, grève, terrorisme, protestations, tennis, Euro 2016, Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), SNCF, Etat islamique, Patrick Calvar, François Hollande, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik