Ecoutez Radio Sputnik
    Euro 2016

    Le ministère français ne se réjouit plus de la possible disqualification des Russes

    © AFP 2019 Kenzo Tribouillard
    International
    URL courte
    Euro 2016 (115)
    926106
    S'abonner

    Le message controversé paru sur le Twitter du ministre français des Sports, dans lequel ce dernier se réjouissait de la possible disqualification de la sélection russe à l'Euro 2016, n'est rien d'autre qu'une erreur, selon un porte-parole du bureau ministériel.

    Contacté par Rossiya Segodnya, le représentant du bureau de M.Kanner a expliqué que le message faisait partie d'un résumé textuel d'une interview accordée par le ministre à la radio française RTL.

    ​Selon l'interlocuteur de l'agence, les paroles faisant état de la "joie" du ministre concernaient la décision adoptée par l'UEFA suite aux bagarres entre supporters russes et anglais à Marseille.

    ​​Cependant, les paroles du ministre ont été mal interprétées, et la décision a été prise de supprimer le tweet, qui avait provoqué une vive réaction des internautes.

    Après les troubles survenus dans les tribunes du stade Vélodrome lors du match Russie-Angleterre (1-1), l'UEFA a infligé une suspension avec sursis à la Russie, qui sera exclue de l'Euro 2016 en cas de nouvel incident impliquant ses supporters dans un stade. Une amende de 150.000 euros a par ailleurs été infligée.

    Mercredi 15 juin, la sélection russe a joué son deuxième match de l'Euro 2016 contre la Slovaquie (1-2). Aucun incident n'a été signalé dans les tribunes du Stade Pierre-Mauroy (Lille).

    Dossier:
    Euro 2016 (115)

    Lire aussi:

    Prenez garde, Russes! Des chaises volent au-dessus de vos têtes!
    Euro 2016: une Française donne une leçon de bonnes manières aux fans britanniques
    La police aux supporters russes: "Rangez vos drapeaux ou au poste!"
    Tags:
    disqualification, bagarre, supporter, sport, football, Twitter, Euro 2016, Patrick Kanner, Lille, Royaume-Uni, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik