International
URL courte
13028
S'abonner

Le vice-prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, a effectué une visite à Paris les 27 et 28 juin et a été reçu à l'Elysée par le président de la République François Hollande.

Pour le journaliste et écrivain Richard Labévière, ancien rédacteur en chef à la Télévision suisse romande (TSR) et à Radio France internationale (RFI), les rapports actuels entre le royaume saoudien et l'Occident comportent une importante contradiction.

Selon M.Labévière, contacté par l'agence Sputnik, l'Arabie saoudite représente aujourd'hui "une monarchie wahhabite qui est certainement l'un des régimes les plus réactionnaires, les plus rétrogrades, du monde arabe".

​"L'Arabie saoudite continue à gérer une multitude d'ONG saoudiennes fortement implantées en Europe, et continue malgré sa participation à la coalition anti-Daech à financer les mosquées salafistes dans l'ensemble des pays européens", indique l'interlocuteur de l'agence.

Il rappelle que les auteurs des attentats du 13 novembre 2015 en France "fréquentaient des mosquées de Molenbeek (Bruxelles, ndlr) qui étaient financées par l'Arabie saoudite".

"Et c'est ce qui demeure la principale contradiction de la relation entre l'Arabie saoudite, les Américains et les pays occidentaux: des partenaires saoudiens restent les principaux financiers aujourd'hui de l'expansion de l'islam radical", explique le journaliste.

Barack Obama et le roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud
© REUTERS / Kevin Lamarque
De toute évidence, Mohammed Ben Salmane, qui est deuxième dans l'ordre de succession à son père, bénéficie d'un appui des Américains, "des grandes sociétés pétrolières et de la Maison Blanche, sinon du Pentagone" dans la lutte pour le pouvoir en Arabie saoudite, estime M.Labévière.

"Aujourd'hui le prince héritier en second assure toutes les responsabilités et a toutes les attributions du roi (…). Il assure une régence qui n'est pas encore officialisée mais qui le sera vraisemblablement dans les mois qui viennent", indique-t-il.

Lire aussi:

Que faire de l’Arabie saoudite?
Clinton-Riyad, un tandem sacré, ou quand les Saoudiens paient la campagne d'Hillary
Les Américains contre tout soutien à l'Arabie saoudite
Merkel cherche à séduire l'Arabie saoudite
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, soutien, mosquées, relations, lutte antiterroriste, visite, ONG, salafisme, islamisme, attentats du 13 novembre à Paris, Richard Labévière, Arabie Saoudite, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik