International
URL courte
3132
S'abonner

Les enquêteurs belges ont réalisé une découverte qui pourrait constituer une véritable percée pour les futures investigations en lien avec le terrorisme.

Des traces de TATP, un explosif primaire, ont été détectées dans le sang des kamikazes de Maelbeek et de Zaventem, rapportent les médias belges. Selon des experts, la découverte pourrait faciliter de manière importante les futures enquêtes liées aux activités terroristes.

Ainsi, il suffirait de prélever un échantillon de sang sur une personne suspectée de terrorisme pour établir si l'intéressé a été en contact avec le TATP, produit très utilisé dans la fabrication d'engins explosifs.

La substance en question a été utilisée par les kamikazes qui se sont fait exploser à Zaventem et Maelbeek le 22 mars dernier, ainsi que par la cellule djihadiste responsable des attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Dans le même temps, il a été établi que la quantité de TATP dans le sang des employés des forces de l'ordre ayant passé des heures sur les scènes où les bombes avaient été confectionnées. Les policiers réclament dans ce contexte la confection de tenues spéciales pour les protéger à l'avenir, rapporte Le Soir.

Lire aussi:

Deux personnes arrêtées en Belgique inculpées de terrorisme
Quatre terroristes présumés interpellés en Belgique
Terrorisme: 16 interpellations lors d’un coup de filet en Belgique
Un octogénaire décède après avoir été bousculé et insulté à la caisse car jugé «trop lent» dans le 92
Tags:
police, lutte antiterroriste, terrorisme, explosifs, attentats du 13 novembre à Paris, attentats de Bruxelles, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook