Ecoutez Radio Sputnik
    Su-24 russe abattu en Turquie

    Le Su-24 russe abattu par la Turquie avec le "concours" de l'Otan

    © Sputnik . Anatoly Evstropov
    International
    URL courte
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)
    3816810
    S'abonner

    Le bombardier russe a été abattu pour détériorer les relations entre Ankara et Moscou, estime l'ex-vice-président de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE Willy Wimmer.

    "Selon mes informations, un avion-radar américain et un saoudien ont été impliqués dans l'affaire. On ne peut pas juste abattre un avion comme ce bombardier russe: le chasseur doit être dirigé vers la cible. Seuls les avions-radars en sont capables", a indiqué à Sputnik Willy Wimmer, ancien parlementaire allemand.

    "Ce qui s'est passé là entre en contradiction avec toutes les normes internationales. Ils ont abattu l'avion russe parce qu'ils voulaient l'abattre", a-t-il martelé.

    L'incident avait pour cause des intérêts politiques, estime M. Wimmer, plus précisément la volonté de détruire les relations russo-turques, qui étaient à leur point culminant. Initialement, le président turc Recep Tayyip Erdogan a pris le parti des pilotes qui ont abattu l'avion, mais par la suite, il a pris ses distances avec eux pour se rapprocher de la Russie.

    Qu'est-ce qui a poussé le pilote à agir sans l'aval de son gouvernement? Cette question nécessite une réponse. Le gouvernement turc doit la donner, même si elle nuira aux relations avec l'Otan, les Etats-Unis ou l'Arabie saoudite, a souligné Willy Wimmer.

     

    Dossier:
    La Turquie abat un Su-24 russe (187)

    Lire aussi:

    Turquie: "La Russie est notre proche voisin et une amie"
    Excuses d'Erdogan pour le Su-24: qu'en pensent les Russes?
    Comment le putsch en Turquie est lié au Su-24 russe abattu et cible Poutine
    La décision d'abattre le Su-24 russe revenait au pilote turc, selon Ankara
    Ankara confirme l'arrestation des pilotes qui ont abattu le Su-24 russe
    Tags:
    avion abattu, Su-24, OTAN, Willy Wimmer, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik